BEING BAD


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

L'épisode 1 est enfin lancé ! Rendez-vous ici pour jouer !

L'Acte 1 Animal Trials est enfin lancé ! Le procès de Batman peut commencer. Rendez-vous ici pour y participer !

Partagez | 
 

 Recovering - ft. Alexys Lewis

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Recovering - ft. Alexys Lewis   Ven 16 Sep - 13:59



Need Lexy - Part 1


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


Le Joker se rendit vite compte que se trancher la gorge n'était clairement une bonne solution. Malgré la très bonne pression qu'avait exercé Riley sur la blessure, Le Joker sentait son sang couler et s'étaler sur le bandage. Quel merdier ! Il était hors de question d'aller voir Harley ou même Jonny. Personne ne devait savoir ce qui s'était passé. Et alors qu'il fermait la chambre de Riley à clé, il revint au rez-de-chaussée avant de sortir par la porte de derrière afin d'éviter les membres du BlackJack et les habitués de l'Atout Pique. Il s'écroula un instant contre une grosse benne à ordures. Ses sens étaient en éveil. Sa tête tournait. Son cœur battait à la chamade. Le Joker allait mourir à côté d'une benne à ordure. Il ne put retenir son rire aigu qui parcourut la ruelle sombre. Et alors qu'il sombrait un peu plus dans les ténèbres, il crut entendre une voix au loin qui disait : « Jack... Jack... »

Ailleurs. Il y a bien longtemps.

- Jack ! Jack ! Lâche-le !

La voix de la surveillante était très aiguë. Le petit Jack ne l'écoutait pas. Il n'écoutait que sa voix intérieur qu'il lui disait de torturer son jeune camarade. Il l'avait rué de coups. Il lui avait même arraché un bout de lèvre. Sa bouche était pleine de sang. Le sien ? Non, celui du garçon qui était dans un piteux état. La surveillante n'eut pas le choix d'appeler la police car Jack ne voulait rien entendre. À côté de lui, sa sœur se retenait de rire. Jack lui avait interdit de rire. Il savait bien qu'on allait l'emmener quelque part. Il nous voulait pas que sa sœur suive le même chemin. Et alors que le jeune garçon sombrait dans l'inconscience, Jack se décida à le lâcher et poser le jouet ensanglanté avec lequel il l'avait frappé. Une infirmière présente sur place tenta de sauver le jeune torturé. Avait-elle réussi ? Jack n'en sut jamais rien. La police était arrivée très vite et avait appelé l'asile d'Arkham. Des hommes en blanc vinrent le retirer de l'orphelinat le lendemain. Il fut contraint de rester enfermer dans sa chambre jusqu'à temps qu'ils viennent le chercher. Il ne put même pas dire au revoir à sa sœur qu'il entendait hurler son nom. Elle pleurait... Elle pleurait si fort que cela éveilla le monstre en Jack. Il mordit jusqu'au sang un des infirmiers et frappa le deuxième dans les testicules. Il courut vers la porte d'entrée de l'orphelinat qui se referma sur lui. Un troisième infirmier, plus balaise, assomma l'enfant.

Présent. Ruelle sombre derrière l'Atout Pique.

Le Joker sursauta de frayeur pensant qu'on l'avait assommé. Il se rappela qu'il était dans la ruelle derrière son établissement et il rit. Il rit. Il rit. Il se leva et prit appui sur sa canne qu'il avait emporté avec lui. Il traversa les petites ruelles en faisant attention qu'on ne le voit pas. Il faisait nuit. Et puis, le Batman ne parcourt plus les rues depuis bien longtemps donc bon, aucun risque. Il arriva à se porter jusque dans le vieux Gotham. Le Joker avait beaucoup de ressources, beaucoup de connaissances. Il y trouverait quelqu'un de confiance dans ce quartier. La seule et unique personne qui l'aiderait dans n'importe quelle situation. Mais, en ces temps sombres et obscurs, il fallait se dépêcher. Le Joker est une cible idéale pour tout le monde, du moins celui ou celle qui veut prendre le pouvoir. Car le clown avait lancé depuis quatre ans une énorme guerre de clans qui risquait bien, un jour, de lui retomber dessus. Après deux ou trois chutes dans une ruelle adjacente à l'avenue principale, il s'arrêta devant la porte d'une clinique vétérinaire. Vu l'heure, elle était fermée, bien évidemment. Il s'étala alors devant la porte située à côté et qui donnait sûrement sur le ou les logement(s) du dessus. Il sonna, frappa sur la porte mais s'écroula avant de savoir si on lui avait ouvert, sombrant de nouveau dans cet état d’inconscience.

Ailleurs. Il y a bien longtemps.

Seul. Jack était seul. Seul dans sa cellule, il faisait face à lui-même. Le petit garçon de quinze ans est le plus jeune détenu d'Arkham. Un cas unique. Il s'en sentait flatter. Mais impossible pour les psychiatres de savoir d'où cela pouvait venir. Un de ses quatre psychiatres était une femme. Le Dr. Carter. Un garde entendit un tri strident lors d'une de ses séances. Il entra en trombe dans la salle et vit une scène d'horreur. Le jeune garçon était sur sa psychiatre et la frappait, lui avait arraché un bout de joue. Il riait. Le jeune garçon riait. Puis, sous les yeux choqués du garde, il planta le crayon du docteur dans son cœur dans un éclat de rire.

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Ven 16 Sep - 18:54





Recovering





Il était tard quand Alex put enfin se poser tranquillement dans son canapé, un verre de vin à la main. La journée avait été horriblement longue, et il lui avait fallu presque deux heures pour évacuer la pression, se relaxant peu à peu jusqu’à pousser un long soupir de délassement, Lancelot couché à ses pieds. Au moins, elle avait sa soirée de libre, et elle espérait qu’elle so-

DING DONG MOTHERFUCKER.

Évidemment. Un classique. L’arrière de sa tête heurta sans douceur le dos du canapé, alors que son chien était déjà debout, grognant sourdement d’un air menaçant. Ce n’était pas la sonnerie de la clinique, donc pas d’urgence vétérinaire, ni d’urgence médicale, les seuls qui connaissaient cette entrée étaient ceux qu’elle connaissait personnellement, et elle comprit rapidement aux coups tambourinant contre sa porte que c’était urgent.

Ramenant ses cheveux en arrière d’un geste las, Lexy ajusta sa chemise avant de descendre les escaliers pour ouvrir la porte et... rencontrer du vide ? Ce ne fut qu’en baissant les yeux et en voyant le corps allongé sur les pavés qu’une nouvelle énergie lui saisit les tripes, chassant la fatigue de la semaine. Car celui qui se vidait progressivement de son sang devant ses yeux n’était autre que le clown couronné de Gotham, le leader du Blackjack mais surtout son boss, le Joker.

Il ne lui fallut que quelque secondes pour se précipiter vers lui, le retournant sur le dos pour évaluer les dégâts. « Boss ? Jay, tu m’entends ? Jay ! » dit-elle vivement, lui tapotant la joue pour avoir une quelconque réaction, mais aucun mouvement ne se fit sentir. « Bordel de bite. » Elle jura entre ses dents avant de le hisser sans effort dans ses bras, l’amenant d’un pas vif dans l’une des salles de la clinique qu’elle réservait pour ce type d’urgence.

Un calme professionnel et médical s’empara d’elle, refusant de céder à la panique. Elle ne savait pas jusqu’où exactement allaient ses blessures, mais la plus importante était sans doute sa gorge tranchée, qui lui serait fatal si elle n’agissait pas rapidement. Un pansement sommaire avait été réalisé, mais face à la tension artérielle, il ne tiendrait pas longtemps... Vite. Il fallait agir vite. Poser l’homme inconscient sur un brancard. Préparer le matériel, le sang surtout ! Les produits. Vite, vite, plus vite ! Retirer sa chemise. Se laver les mains, quand même. Fermer la porte, en ordonnant à Lancelot de rester à l’extérieur. Et puis se mettre au travail, enfin, se battre contre la mort pour garder la vie, plutôt ironique en sachant qui était son patient...

Les heures qui suivirent furent un enchainement de hauts et de bas, d’espoir et d’acharnement, une bataille continuelle pour stopper le sang, garder son cœur battant, sa respiration régulière. « I won’t let you die, boss, » elle promit d’un ton menaçant, ses mains pressant toujours plus fort sur sa cage thoracique jusqu’à refaire partir son cœur. Un autre « Don’t you dare die on me! » bien plus tard, et sa voix n’était qu’un grognement furieux, perçant sa peau d’une aiguille pour lui remettre du sang – son sang – dans les veines, pour le garder en vie suffisamment longtemps pour refermer la plaie béante de son cou, petit à petit, à force d’acharnement.

Elle était couverte de sang, sur ses vêtements, sa peau, ses cheveux, sur les murs et le sol. Du sang, trop de sang, trop de rouge qui n’aurait jamais dû quitter son corps, fuck, qu’avait-il fait encore, quelle autre stupide idée avait-il eu ? Heureusement, les bords de la plaie étaient propres, la coupure nette et experte. Elle pouvait le faire. Elle avait fait pire, dans de pires conditions. Cœur, sutures, sutures, respirations, sang. Sang. Sutures, sutures, respiration, sang. Sutures, sutures. Cœur. Cœur. Respiration, cœur. « Si tu crèves, je te bute, sale clown de mes deux. » Cœur. « Alleeeeez boss... » Respiration. Sang. Sutures. « That’s more like it! » Sutures. Sutures… Sutures. Sutures.

Ce ne fut que trois heures plus tard que l’état du roi de Gotham se stabilisa enfin, sa gorge fraichement recousue, lui formant un nouveau sourire macabre sur sa peau. Lexy essuya la sueur et le sang de son front. Ses cheveux maculés de sang étaient plaqués en arrière contre son crâne, sa chemise était bonne pour la poubelle et son visage était peint d’un masque de sang plus ou moins séché. Mais Jay était en vie, et il le resterait. Elle appliqua un pansement provisoire à la plaie, juste le temps de tout nettoyer avant de pouvoir faire quelque chose de propre, et se mit au travail.

Elle déplaça le Joker sur un brancard propre, le transporta dans une autre pièce. Elle le lava avec douceur, sachant l’anesthésie le maintiendrait encore endormi pour les prochaines heures, refit son pansement et lui changea ses vêtements. Ce type d’urgence, bien que rare, n’était pas non plus inédit, et Lexy avait appris rapidement qu’il valait mieux garder quelques fringues pour son boss dans son armoire, juste au cas où. Elle le ramena ensuite dans une chambre vide, l’installant et le bordant pour l’empêcher de gigoter dans tous les sens, là où il devrait passer la nuit, et sans doute une bonne partie de la matinée à en juger par l’heure déjà avancée de la nuit.

Les deux heures suivantes furent utilisées pour nettoyer tout le reste – le matériel, la salle, Lexy elle-même, Lancelot... rhaaa, Lancelot, t’as tes pattes toutes sales, est-ce qu’il fallait vraiment que tu marches là-dedans – alors que Lexy faisait attention de revenir vérifier l’état de Jay toutes les dix minutes. Le soleil n’allait pas tarder à se lever quand Alexys, épuisée et enfin propre, s’assit sur une chaise à côté du lit où reposait le leader du Blackjack. Une main tendre vint lui remettre ses cheveux en arrière, avant de vérifier sa température, son pouls, son pansement et sa respiration avec attention.

Il allait bien. Du moins, il était sur la voie de la guérison et s’il arrivait à se tenir à carreaux pendant quelques jours, sa vie ne serait plus en danger. Elle rapprocha la chaise de son lit et chercha à tâtons sa main pour la tenir en un geste réconfortant. Il fallait qu’elle le veille. Il fallait qu’elle s’assure qu’il aille bien. Croisant les bras sur le lit, elle y reposa sa tête et réussit à rester éveillée pendant quelques heures avant de succomber à la fatigue, fermant les yeux et s’endormant assise à ses côtés.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Dim 18 Sep - 19:53



Need Lexy - Part 2


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


Ailleurs. Il y a bien longtemps.

- Oh... J... Vas-y ! Baise-moi ! Oh, ouiii

Le Joker se trouvait sur une femme brune attachée à un lit par les mains et les pieds. Elle avait le visage ensanglanté, les mains abîmées. Son corps nu était couvert de lacérations et entailles en tout genre. Et il la baisait. Il la pénétrait violemment en l'entaillant de plus belle. Est-ce que la belle savait ce que le Joker était sur le point de lui faire ? Non, probablement pas. Et il continua de la baiser. Il planta le couteau dans le matelas à côté de son visage et l'embrassa. Il posséda sa bouche avec sa langue baveuse. Et sans la prévenir, il lui mordit la lèvre jusqu'au sang alors que son membre dur se faisait violent dans son vagin mouillé. Elle criait, hurlait son nom. Elle hurla d'horreur lorsque le clown lui arracha la lèvre. Dans ses yeux, son regard d'aguicheuse se changea en regard de crainte, regrettant amèrement l'avoir rencontré dans ce bar miteux un dimanche soir.

- Oh, ma belle. Pourquoi cet air si sérieux ?

Lui assénant ses derniers coups de bassins, il sortit se retira d'elle, lui planta le couteau dans le cœur et jouit dans sa bouche. HAHAHAHAHAHA.

Présent. Domicile d'Alexys Lewis.

Le Joker se réveilla en sursaut. Quel horrible cauchemar ! Il avait rêvé qu'il se tailladait la gorge, qu'il rampait jusqu'à une clinique vétérinaire et qu'il revivait son premier meurtre sexuel. Quelle horreur ! Attendez... La premère partie est vraie. Il sentit sur son cou les points de sutures. À côté de lui, se tenait une femme qu'il ne reconnut que quelques secondes plus tard. Alexys Lewis. C'est vrai. Il se souvenait maintenant. Il était venu la voir pour qu'il la soigne. Il faut dire que le Joker n'avait pas fait dans la dentelle cette fois. Se trancher la gorge pour que son jouet s'offre à lui, il en fallait du courage. Ou de la folie. Connaissant le Joker, il en avait un peu de chaque. La jeune femme s'était endormie. Il n'hésita pas à la réveiller.

- Lexy... Putain, réveille-toi !

Quelle amabilité ! Le Joker tout craché. La jeune femme ne semblait pourtant pas perturbée par le ton hautain du clown. Celui-ci ne tenta même pas de se lever, sa blessure à la gorge lui faisait encore mal. Il demanda alors à celle qui l'avait soigné un verre d'eau et son téléphone. Ah oui, tiens d'ailleurs, il était 9h37. Comme quoi, il se réveille vraiment à cette heure là tout le temps. Bizarre... Il prit son téléphone et appela Jonny, son fidèle valet. Bon, il lui gueula dessus, en disant qu'il devait s'occuper de l'Atout Pique car il serait absent pour affaire pendant quelques temps. Temps en jours. Parce que le Roi de Gotham évitait de s'absenter trop longtemps, de peur qu'on ne le croit mort ou pire encore. Sa tête lui faisait mal tout d'un coup. Que lui arrivait-il ? Sûrement le réveil brutal. Ce fichu souvenir enfoui dans sa mémoire. Ce jour où il tortura ce garçon qui l'avait contrarié. Ce jour où il tortura cette brune pulpeuse aux formes avantageuses. Le Joker était peut-être fou de l'extérieur mais à l'intérieur, une intelligence hors-norme existait. Ces souvenirs resurgissant signifiaient quelque chose... Ou pas d'ailleurs. Qui sait ? Peut-être est-ce la conséquence de sa blessure profonde. Quoiqu'il en soit, il n'avait pas perdu ses bonnes manières et quelques minutes après qu'Alexys lui ait porté un verre d'eau, Le Joker lui posa une autre question.

- Quelqu'un sait que je suis ici ?

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Dim 18 Sep - 21:30





Recovering





Le sommeil de Lexy était sans rêve, mais surtout léger. Depuis son retour à Gotham, elle n’était pas sûre d’avoir réussi à dormir une nuit complète sans se réveiller en sursaut en plein milieu de la nuit au moins une fois. Heureusement, elle savait qu’elle pouvait compter sur la présence de Lancelot pour l’avertir en cas de réel danger, rien ne passant outre ses sens canins. C’est pour cela que dès qu’elle sentit l’homme s’agiter près d’elle, elle commença elle aussi à rompre son sommeil réparateur, ouvrant péniblement les yeux.

« Lexy... Putain, réveille-toi ! »

Ladite Lexy ouvrit un œil assassin et lança un regard qui aurait pu être noir s’il n’avait pas été si endormi. « Je suis réveillée, boss... » elle marmonna, clairement pas réveillée. Bon, c’était sûr, au moins il était en vie. Relâchant la main chaude de son chef, elle se redressa et s’étira longuement, l’écoutant d’une oreille distraite. Ah oui, son téléphone... Elle hocha la tête et le sortit de sa poche, le posant sur la main tendue du clown, avant de prendre le verre d’eau qui trônait sur la table de chevet à côté de deux belles pilules blanches. Elle tendit tout d’abord ces dernières avec un regard qui signifiait clairement Prenez-les sans faire d’histoire où je vous les enfonce dans la gorge, et sans passer par la bouche, avant de lui donner le verre d’eau promis.

Elle se leva alors qu’il passait son coup de fil, vérifiant juste du coin de l’œil qu’il n’essayait pas de quitter son lit et alla chercher son stéthoscope et le reste de son équipement, avant de reprendre sa place à côté de lui. « Il est beaucoup trop tôt pour être si énervé, » marmonna-t-elle entre ses dents, chassant les dernières brides de sommeil qui embrumaient son esprit. « Calmez-vous boss, vous allez faire sauter les sutures. » Elle lui tapota gentiment la cuisse en un geste apaisant et lui prit le poignet, lui remontant la manche pour lui prendre sa tension. « Pas que je sache, » dit-elle en étouffant un bâillement. « Il n’y avait personne quand je vous ai trouvé à ma porte, mais je ne sais pas si quelqu’un vous a vu en chemin... En tout cas, depuis que vous avez passé le seuil, personne ne vous a vu ou entendu, ça c’est une certitude. »

Elle retira l’appareil de son bras après en avoir relevé les mesures, avant de se lever pour ouvrir sa chemise. Elle prit le soin de réchauffer le stéthoscope dans sa main avant de plaquer le bout métallique contre sa poitrine, écoutant le battement rassurant de son cœur qui lui avait collé bien des frayeurs la nuit précédente. « Vous m’avez fait peur, boss, » admit-elle calmement, les yeux rivés sur ce qu’elle était en train de faire. « Vous avez failli y passer. Plusieurs fois. » Elle tapota sa poitrine, là où se cachait son cœur pour appuyer son propos. « Il va falloir y aller doucement pour les prochains jours. Et je suis sérieuse. Je ne vous lâcherai pas. »

Son visage doux devint sérieux, et elle plongea son regard d’acier dans le sien. « Vous êtes venu jusqu’ici en rampant en train de vous vider de votre sang pour que je vous soigne, et c’est exactement ce que j’ai l’intention de faire. Si je vois que vous vous agitez trop ou que vous mettez votre vie en danger, je vous attache à un lit et vous plonge dans un coma artificiel jusqu’à ce que vous soyez guéri. Oh, vous pourrez me tuer après si ça vous chante, mais au moins, vous irez suffisamment bien pour le faire sans risquer de mourir dix secondes plus tard. » Elle lui caressa tendrement la joue et remit ses cheveux en place avec douceur, son visage reprenant son air plus calme. Se penchant au-dessus de lui, elle lui fit suivre des yeux la lumière de son crayon et vérifia qu’il n’avait aucune séquelle neurologique après les arrêts répétés de son cœur. « Vous avez eu de la chance, » dit-elle avec un soupir de soulagement en voyant que non, tout allait bien, il allait s’en remettre.

Elle lui fit faire quelques mouvements pour être sûre qu’il sentait bien toutes les parties de son corps, mais mis à part sa plaie à la gorge, il allait aussi bien que les circonstances le permettaient. « Comment vous sentez-vous ? Vous allez avoir très soif pendant les prochains jours, mais pas d’alcool avec les antalgiques. Vous avez faim ? Je peux faire des pancakes ! » dit-elle sur un ton plus jovial, un sourire aux lèvres.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Lun 19 Sep - 18:07



Need Lexy - Part 3


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


- Il est beaucoup trop tôt pour être si énervé. Calmez-vous boss, vous allez faire sauter les sutures.

Alexys Lewis était la seule qui osait défier le Joker sans que celui ne la scalpe, torture, tue ou autres de ses insalubres idées. Il ne dit mot et se calma un peu avant de poser une question.

- Quelqu'un sait que je suis ici ?

La question était légitime. Même si le Joker était arrivé de nuit, il était hors de question qu'Alexys soit discréditée par sa faute. Il en avait tellement besoin. Elle était si importante. C'est grâce à elle qui sait pleins de choses sur la ville de Gotham, sur les habitants. Elle fait partie du peuple. Elle est un atout majeur pour le BlackJack. Un as dans son domaine.

- Pas que je sache. Il n’y avait personne quand je vous ai trouvé à ma porte, mais je ne sais pas si quelqu’un vous a vu en chemin... En tout cas, depuis que vous avez passé le seuil, personne ne vous a vu ou entendu, ça c’est une certitude.

Et heureusement, car le Joker ne voulait clairement pas être vu ici, encore dans le piteux état dans lequel il était. Et surtout que quelqu'un apprenne qu'une civile lui rafistole le cou parce que ce taré s'est tranchée la gorge pour tester une séquestrée, Le Joker ne pouvait le concevoir. Trop compliqué...

- Vous m’avez fait peur, boss. Vous avez failli y passer. Plusieurs fois. Il va falloir y aller doucement pour les prochains jours. Et je suis sérieuse. Je ne vous lâcherai pas.

Quelle attentionnée cette Alexys ! Il fallait le reconnaître, elle était d'une grande utilité pour le Joker. Celui-ci se redressa et voulut parler mais la jeune femme ne lui en laissa pas le temps.

- Vous êtes venu jusqu’ici en rampant en train de vous vider de votre sang pour que je vous soigne, et c’est exactement ce que j’ai l’intention de faire. Si je vois que vous vous agitez trop ou que vous mettez votre vie en danger, je vous attache à un lit et vous plonge dans un coma artificiel jusqu’à ce que vous soyez guéri. Oh, vous pourrez me tuer après si ça vous chante, mais au moins, vous irez suffisamment bien pour le faire sans risquer de mourir dix secondes plus tard. Vous avez eu de la chance.

De la chance ? On ne peut pas dire qu'il en ait eu beaucoup dans sa vie. Oh... Le Joker se sentait bizarre... Rien de physique. Alexys l'avait ausculté mais seule sa gorge l'irritait encore. Il avait remarqué qu'il devenait bizarre, à l'intérieur de lui depuis quelques temps. C'est tout récent. Ça lui prenait soudainement... Et systématiquement lorsqu'il se rendait chez Alexys. Il venait souvent, bien plus souvent qu'il n'aurait pensé. Mais il se sentait menacé. En même temps, le Pingouin, Double-Face et Bane devaient comploter dans son dos. Et ne parlons pas de l'Enclave. Cette pseudo organisation de justiciers. Mine de rien, Le Joker pensait que la trop grande fréquentation qu'il avait avec Alexys l'adoucissait. Mais, il refoulait cette vérité, n'y croyant clairement pas. Cette pauvre idiote brune n'est qu'un jouet dans son royaume. Elle lui rapporte beaucoup d'informations utiles, le rafistole de temps à autre et voilà. Il reste le même. Le Joker. Le Roi de Gotham. Celui qu'on croyait fou mais qui a réussi à enfermer le Batman. Il règne en maître sur une ville du chaos. Ce n'était clairement pas le moment pour lui de devenir.... humain ? Eurk. Rien que l'idée lui donnait envie de vomir. La jeune femme lui fit faire des mouvements pour voir si tout allait bien. Il avait beau grimacé, il fallait qu'elle vérifie. Non, vraiment, il n'y avait que sa gorge qu'il lui faisait mal et relançait de temps à autre son mal de tête.

- Comment vous sentez-vous ? Vous allez avoir très soif pendant les prochains jours, mais pas d’alcool avec les antalgiques. Vous avez faim ? Je peux faire des pancakes !

Il se sentait bizarre. Mais bien. Mais bizarre. Que se passe-t-il ? Oh, peut-être qu'il délire. Peut-être qu'il est sujet à des hallucinations. Non. Il en conclut que non. Alexys ne pouvait être une hallucination. Il se recentra sur ses paroles et ne put que confirmer de la tête qu'il avait effectivement soif et faim. Il se releva un peu et appuya son dos contre un oreiller qu'il rehaussa. Seulement, le Joker reste le Joker.

- Tu m'as pris pour qui ? Je n'ai qu'une envie : me barrer d'ici. Tu es bien mignonne, Lexy, mais j'ai des affaires en cours, une ville à diriger.

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Lun 19 Sep - 19:44





Recovering





Alexys se doutait bien que les choses ne seraient pas aussi faciles avec son boss. Elle savait qu’il respectait jusqu’à un point son jugement, et qu’il lui faisait confiance, l’une des preuves les plus flagrantes n’étant qu’autre que ce qui venait tout juste de se passer. Alexys était son As de Trèfle, la carte secrète et inconnue de tous du Roi du Blackjack, et la seule façon de se libérer de ce rôle était sa mort, ou celle du clown... ce qui ne l’avait pourtant pas empêché de ramper jusqu’à chez elle en mettant sa vie entre ses mains. Cependant, il restait le Joker, et le convaincre de faire quelque chose qu’il n’avait clairement pas envie de faire allait s’avérer compliqué.

Elle l’aida paisiblement à se redresser et à empiler les coussins derrière lui, l’écoutant d’une oreille distraite. « Tu m'as pris pour qui ? Je n'ai qu'une envie : me barrer d'ici. Tu es bien mignonne, Lexy, mais j'ai des affaires en cours, une ville à diriger. » Elle soupira, et secoua la tête. Évidemment, cela n’allait pas être aussi simple. « Oh, je suis sûre que vous allez faire fureur, à vous évanouir toutes les deux heures avec un gros bandage à votre cou, après avoir fait péter tous les points de sutures, » dit-elle en roulant des yeux, le sarcasme lourd dans sa voix. « Oh, j’entends votre rire signature d’ici. HA HA H-rhrahrrrreglkermglkrml, » ajouta-t-elle en imitant parfaitement sa voix, avant de simuler une quinte de toux étouffée comme un égorgement.

« On vous filmera et utilisera la bande son pour doubler les gorges profondes des vingt prochaines années. Vous avez appelé Frost, non ? Ils ne vous attendent pas avant plusieurs jours. Je me fiche de ce que vous aviez prévu, vous allez rester ici et je vais m’occuper de vous. » Et cela sonnait à la fois comme une douce promesse et une sombre menace. Elle poussa un nouveau soupir las, se faisant très tendre soudainement. « Booooss... » elle souffla piteusement, secouant la tête d’un air triste et désolé. Lentement, elle grimpa sur le lit à quatre pattes, comme un prédateur qui s’approche de sa proie, jusqu’à venir s’asseoir sur ses cuisses pour prendre son visage dans ses mains.

Ses pouces dansèrent lentement sur ses joues, alors que ses autres doigts allaient se mêler à ses mèches vertes. Elle pressa leur front l’un contre l’autre, sachant très bien qu’une pression même légèrement trop forte le forcerait à pencher la tête et à tirer sur les points de sutures de sa gorge. Elle resta douce cependant, et souffla avec sa voix la plus tendre et la plus paisible possible. « C’est de ma faute. Je n’ai pas été assez claire... Mais je ne vous ai pas demandé votre avis. Vous allez rester ici. De gré ou de force, éveillé ou inconscient, libre de vos mouvements ou attaché. » Elle sourit tendrement et vint frotter son nez contre le sien. « Le choix est vôtre. Je vous laisse réfléchir quelques instants, profitez-en. Moi, je vais préparer le petit-déjeuner et les pancakes ! »

Et après un léger baiser sur le bout de son nez, elle se leva du lit en faisant attention à ne pas le bouger plus que nécessaire. « Il y a de deux bouteilles d’eau sur la table de chevet, mais buvez doucement. Vous pouvez vous lever, mais lentement et en faisant attention. Il y a une salle de bain juste à côté, mais c’est la seule autre pièce dans laquelle vous pouvez aller. Quand je reviendrai, je vous réexaminerai, et si je vois que vous avez fait le moindre effort, ou fait sauter la moindre suture, je vous attache et vous drogue jusqu’à rétablissement complet. » Sa voix avait gardé un ton léger et adorable, tout comme le sourire qu’elle lui lança en ouvrant la porte. « Soyez sage boss, à tout à l’heure ! »

Et avec cela, elle était partie préparer le petit-déjeuner. Elle caressa tendrement la tête du Border Collie qui attendait sagement à la porte de la chambre et lui ordonna de monter la garde, au cas où lui viendrait l’idée saugrenue de lui fausser compagnie. Elle bailla de nouveau, et lissa ses cheveux en arrière avant de se diriger vers la cuisine, s’étirant en chemin. Elle mit un peu plus d’une demi-heure pour préparer le repas complet, ne connaissant pas vraiment les goûts de son chef en matière culinaire. Jus d’orange frais ? Bacon ? Œufs ? Beans ? Thé ? Café ? Toast ? Beurre ? Pancakes ? Nutella ? Confitures ? Beurre de cacahuète ? Croissants ? Lait ? Chocolat chaud ? Céréales ? Dans le doute, préparons le tout.

Où Lexy trouvait-elle tout cela à Gotham était un mystère, mais elle ne ferait sans doute pas un très bon As de Trèfle si elle ne s’y connaissait pas très bien en trafic et en ravitaillement. C’est en poussant un chariot rempli de victuailles qu’elle revient dans la chambre de son chef, frappant légèrement sur la porte pour prévenir de sa présence, avant d’entrer, s’attendant à tout de la part du clown. « Boss ? » Elle espérait juste qu’elle n’allait pas devoir le courser partout dans Gotham pour le ramener par la peau du cul à la clinique.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Mar 20 Sep - 13:24



Stay With Me - Part 1


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


- Oh, je suis sûre que vous allez faire fureur, à vous évanouir toutes les deux heures avec un gros bandage à votre cou, après avoir fait péter tous les points de sutures. Oh, j’entends votre rire signature d’ici. HA HA H-rhrahrrrreglkermglkrml.

Le Joker ne pouvait lui donnait tort. Il n'était pas en état pour retourner à ses affaires. Sa gorge lui faisait mal. Quand il parlait, cela lui faisait mal. Il espère tout de même repartir demain ou après-demain. Il ne faudrait pas que quelqu'un profite de son absence pour prendre le pouvoir.

- Je...

- On vous filmera et utilisera la bande son pour doubler les gorges profondes des vingt prochaines années. Vous avez appelé Frost, non ? Ils ne vous attendent pas avant plusieurs jours. Je me fiche de ce que vous aviez prévu, vous allez rester ici et je vais m’occuper de vous.

Quel toupet ! Le Joker n'a qu'une envie : lui en foutre une dans petite gueule de brune. Mais il n'en fit rien. Il est encore trop faible. Reprenant une gorgé d'eau, il fut surpris lorsqu'elle monta sur lui et passa ses pouces sur ses joues. Voilà qu'elle passait les mains dans ses cheveux maintenant. Que se passait-il ? Qu'est-ce qu'elle faisait ? Le Joker se laissa pourtant faire.

- C’est de ma faute. Je n’ai pas été assez claire... Mais je ne vous ai pas demandé votre avis. Vous allez rester ici. De gré ou de force, éveillé ou inconscient, libre de vos mouvements ou attaché. Le choix est vôtre. Je vous laisse réfléchir quelques instants, profitez-en. Moi, je vais préparer le petit-déjeuner et les pancakes !

Des pancakes ? Le Joker en raffolait. Après tout... il pouvait bien se permettre un peu de repos entre deux tortures. Il devait aller voir Arkham pour rendre visite au Batman mais cela pouvait attendre. Et il faisait entièrement confiance à Frost pour gérer un peu le bordel. Et puis, il y avait Eighty aussi. Elle a beau être sa sœur, il fallait reconnaître qu'elle faisait du bon boulot. Il eut un frisson étrange lorsqu'elle l'embrassa sur le nez mais n'y prêta aucune attention. Il se gratta la tête alors qu'elle sortait de la chambre.

- Il y a de deux bouteilles d’eau sur la table de chevet, mais buvez doucement. Vous pouvez vous lever, mais lentement et en faisant attention. Il y a une salle de bain juste à côté, mais c’est la seule autre pièce dans laquelle vous pouvez aller. Quand je reviendrai, je vous réexaminerai, et si je vois que vous avez fait le moindre effort, ou fait sauter la moindre suture, je vous attache et vous drogue jusqu’à rétablissement complet. Soyez sage boss, à tout à l’heure !

Mais oui, il ne peut qu'être sage... Le clown avait eu la gorge ouverte et dégoulinante de sang toute la nuit. alors que le chien gardait la porte pour pas qu'il s'en aille et que Lexy préparait le déjeuner dans sa cuisine, Le Joker se sentait fatigué. Son réveil en sursaut et sa pseudo crise de nerf n'avaient pas du tellement lui faire du bien. Le clown finit par s'endormir...

Ailleurs.

L'Atout Pique. Cet endroit de débauche autour de jeux de carte. C'était là que se déroulait les plus merveilleuses soirées. Les plus folles ? Ouais, les plus folles soirées plutôt. Le Joker se tenait sur son trône entouré de ses quatre reines. Harley la Reine de Cœur, Riley la Reine de Pique, Eighty la Reine de Trèfle et Lexy la Reine de Carreau. Il riait. Il riait face à ses quatre victimes. Une par reines. Celles-ci se levèrent, pointèrent leur poignard vers leur victime respective. Puis, soudainement, Lexy trancha la gorge d'Eighty, planta son couteau dans le cœur d'Harley et logea enfin celui-ci dans le cou de Riley. Le Joker riait aux éclats alors que les victimes s'enfuirent. Ni une ni deux, le clown sortit son flingue et tira quatre fois. Quatre balles. Quatre morts. Quatre headshots. Il rejoignit Lexy et lui arracha un long et fiévreux baisers.

- Tu es mon unique reine, Lexy...

Présent. Chambre du Joker.

- Boss ?

Le Joker se réveilla au son de la voix de Lexy. Un peu perdu, il ne comprenait pas trop ce qu'il venait de se passer. Le chien était toujours à l'entrée. Sa blessure à la gorge lui faisait toujours mal. Il tourna doucement la tête vers la jeune femme qui venait lui apporter son petit-déjeuner. Elle le gâtait. Le méritait-il ? Sûrement pas. Enfin, il s'en foutait, il avait faim.

- Tout ça, c'est pour moi ?

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Mar 20 Sep - 19:15





Recovering





Alexys esquissa un sourire tendre en voyant son air endormi et ses cheveux légèrement défaits. Finalement, elle allait peut-être pouvoir en faire quelque chose de lui, s’il commençait à suivre certaines de ses instructions, même sous la menace. Elle poussa le chariot près de son lit en hochant la tête lentement. « Gardez-moi juste une tasse de thé et vous pouvez engloutir le reste si vous vous sentez de taille, » elle dit avec un sourire. « Il faut juste que je vous examine avant. » Elle savait qu’il avait été sage – les draps n’avaient pas été défaits, ses yeux si clairs étaient encore légèrement endormis et son bandage n’avait pas bougé – mais elle préférait suivre son état avec attention, après avoir failli le perdre tellement de fois cette nuit.

Elle ignora le vide qui se forma au creux de son cœur en songeant que oui, son boss aurait pu lui claquer entre les doigts. Personne n’aurait su ce qu’il lui aurait arrivé – personne n’était au courant de leur relation donc personne n’aurait jamais pensé à le chercher ici – et elle se serait retrouvée sans chef, sans boss, sans... Jay. En une fraction de seconde, son esprit avait déjà coupé court à cette pensée, l’isolant et l’enfermant dans un coin de son esprit qu’elle repoussa fermement. Il n’était pas mort. Il allait bien. Il avait même décidé de coopérer au moins pour les vingt prochaines minutes. Et même s’il n’avait pas survécu, qu’aurait-elle pu y faire ? Elle aurait simplement quitté la ville. Son frère était probablement mort de toute façon, et personne n’était capable de relier le Joker et son As de Trèfle. Elle ne risquait rien.

Elle prit de nouveau sa tension, mettant la légère baisse sur le compte de sa micro-sieste et sur le stress retombant. Elle écouta son cœur peut-être quelques secondes en plus, se laissant rassurer par le battement régulier avant de caresser très légèrement sa peau avec son pouce et de refermer sa chemise. « Parfait, » déclara-t-elle simplement, masquant ses pensées derrière un doux sourire. « Je regarderai votre gorge après manger, et après cela promis je vous laisse vous reposer. » Elle poussa une petite table prévue à cet effet dont le plateau pouvait se déplier au-dessus du lit avant de ramener le chariot à portée de ses mains. « Bon appétit, boss ! »

Elle attrapa avec attention la tasse de thé qu’elle s’était préparée et alla reprendre sa place sur sa chaise un peu plus loin du lit, l’observant du coin de l’œil. Elle mourait d’envie de lui poser des questions, de savoir ce qu’il s’était passé, qui avait osé s’attaquer au Joker, au Roi de Gotham mais elle savait que ce n’était pas son rôle. Elle n’avait pas besoin de savoir le pourquoi ou le comment, elle devait juste s’arranger pour le garder en vie aussi longtemps de possible quand il débarquait chez elle à moitié mort. Elle fut surprise de ressentir de la colère alors, contre celui ou celle qui aurait pu s’approcher autant pour lui faire glisser la lame sur sa gorge pâle.

Il était le Joker. Tout le monde ou presque à Gotham voulait sa peau. Bien sûr qu’il devait faire face à trois millions de tentatives d’assassinat par jour, mais rares étaient ceux assez fous pour le tenter, mais encore plus rares étaient ceux qui parvenaient à lui faire autant de dégâts. Elle chassa de nouveau ses pensées et fit taire la colère naissante qui embraser son cœur. C’était ridicule. Jay était son boss, rien de plus. S’il mourrait, elle devrait juste se trouver un nouveau chef – ou non – et cela s’arrêterait là. La colère était une émotion inutile à cet instant, et surtout totalement malvenue.

Elle prit mentalement note de ses aliments préférés et de ce qu’il mangeait avec plus d’entrain, pour les prochains jours où il resterait ici. Lexy préféra garder le silence, lui laissant l’initiative de la conversation. Elle aurait aimé le menacer et lui faire promettre de ne plus jamais lui refaire ce coup-là, même dans le vent, mais elle n’était pas dupe. Son boss ne lui devait rien et, même s’il n’aurait peut-être pas la gorge tranchée la prochaine fois, il y avait fort à parier que ce ne serait pas la dernière fois qu’il se pointerait chez elle à l’article de la mort.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Mer 21 Sep - 19:36



Stay With Me - Part 2


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


- Gardez-moi juste une tasse de thé et vous pouvez engloutir le reste si vous vous sentez de taille. Il faut juste que je vous examine avant.

Encore des examens. Le Joker s'impatientait. Et pourtant, il ne bougea pas, la douleur de sa gorge le rappelant à l'ordre. Il était de surcroît hors de question qu'il se plaigne. Non mais, il s'agit du roi de Gotham. Il avait sacrément faim. Elle était trop adorable avec lui. C'était peut-être ça qu'il adorait chez elle. Qu'elle soit adorable. Qu'elle ne cherche pas à le flatter ou à lui donner raison à tout va. Il se souvint des moments où il eut envie de la tuer car elle le contredisait. Mais au final, elle s'avérait être une alliée de poids. Elle l'examina avec soin et ne remarqua rien d'anormal, le clown ne laissant pas paraître sa douleur profonde.

- Parfait. Je regarderai votre gorge après manger, et après cela promis je vous laisse vous reposer.

Bien, le petit-déjeuner est servi.

- Bon appétit, boss !

Le Roi des Rires se rua sur la nourriture comme s'il n'avait pas mangé depuis des lustres. Les pancakes était particulièrement délicieux. Il n'osa pas le dire à Lexy. Il ne veut pas se montrer reconnaissant. Il s'agit du Joker tout de même. Puis, tout d'un coup, il eut un flash. Son rêve venait le surprendre alors qu'il l'avait omis de sa mémoire. Ce fameux rêve où il faisait de Lexy, sa reine. C'est impensable pour lui... Comment pourrait-elle devenir une de ses reines ? La seule si l'on en croit le rêve. Le Joker eut un sourire en coin rien qu'à la penser de voir un jour cette jeune femme brune, reine de Gotham. Non... non. Alexys était différente. Elle est saine d'esprit. Enfin... plus qu'Harley ou Eighty en tout cas.

- Quand est-ce que je pourrai partir ?

Non pas qu'il se déplaisait de cette charmante demeure mais le Joker avait à faire. Entre Harley et ses envies, Riley et son apprentissage, la ville à tenir, le maire à faire chanter, Arkham à écarter, Batman à aller visiter, Le Joker ne savait plus où donner de la tête. Et que dirait-on à l'Atout pique, au sen du BlackJack, en ne revoyant pas revenir leur leader ? Le Joker était bloqué là pour au moins 48 heures. Il avait peur pour sa place. Les rumeurs courent. Les complots se forment. L'Enclave se terre mais échafaude une riposte. Le tout Gotham est en émoi.

- Bon, Lexy. J'en ai marre, je dois y al...

Il fut interrompu par une douleur dans la gorge puis son regard se porta au bout du lit. Le Joker sembla se figer, le regard fixé dans le vide. Le vide ? Non, du moins pas pour le Joker. En face de lui, se tenait un homme. Brun, cheveux en arrière, costume noir, trois pièces, élégant, charmant, dents blanches, regard qui tue. Mais qui était-il ? Le Joker sembla soudainement reconnaître l'individu qu'il pensait ne pas être le seul à voir. Il en conclut que ce fut le cas lorsque Lexy ne daigna pas réagir.

- Bonjour, Joker. Il est temps que toi et moi, nous nous parlions.

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Mer 21 Sep - 21:21





Recovering





Au moins, il avait de l’appétit et cela était une très bonne chose. Il avait perdu beaucoup de sang, beaucoup trop de sang, et même si elle avait transfusé le sien, il avait besoin de ses forces pour en refaire et pour guérir sa profonde plaie. Et puis, au moins tant qu’il mangeait, il ne protestait pas d’être coincé ici avec elle pour une durée qu’elle se refusait de lui dire. Elle savait qu’en tant que Roi de Gotham, il se devait d’être là mais le Joker était suffisamment respecté et craint dans la ville pour qu’il puisse se permettre de disparaître une journée ou deux. Au pire, les gens s’inquiéteraient qu’il soit en train de former un nouveau mauvais coup qui couterait la moitié des bâtiments de Gotham et la vie du tiers de la population.

Les gens avaient peur. Certes, les têtes pensantes des autres organisations criminelles pourraient tenter de profiter de l’occasion, mais aucun ne s’aventurerait en territoire inconnu sans avoir au moins une petite idée de ce qui était en train de se passer avec le chef du Blackjack. Elle finit de boire tranquillement son thé, appréciant le liquide chaud coulant dans sa gorge et combattit la fatigue qui menaçait de tomber sur ses épaules. Elle eut un léger soupir en songeant qu’il lui faudrait encore attendre toute une journée avant de regagner le confort de son lit et de sa couette... et encore, si son boss ici présent ne faisait pas de folie et qu’il ne nécessitait pas une nouvelle veillée.

Elle ramena rapidement son regard vers lui quand elle entendit sa voix, son esprit de nouveau totalement alerte. « Quand est-ce que je pourrai partir ? » Lexy ferma les yeux et compta jusqu’à trois. Non, elle ne droguerait pas son boss tout de suite. Non, elle ne droguerait pas son boss tout de suite. Non, elle ne droguerait pas son boss tout de suite, même s’il avait la patience d’un gosse de trois ans et que visiblement, n’entraient dans son cerveau que des informations soigneusement sélectionnées. Elle fronça les sourcils, son regard devenant de nouveau dur. Elle n’avait pas envie de se battre avec lui, elle n’avait pas envie de le voir s’agiter et en tout honnêteté, elle était trop fatiguée pour gérer un Joker énervé et de mauvais poil aujourd’hui.

« Bon, Lexy. J’en ai marre je dois y al... » Elle était déjà debout avant qu’il ait fini sa première phrase. « Oh, non, vous restez ici. Je crois que quelque chose a blessé votre oreille interne, parce qu’il me semble bien vous avoir déjà dit par deux fois qu’il était hors de question que vous quittiez cette chambre sans mon accord, » dit-elle fermement, ignorant totalement les troubles internes qu’avait son chef. « Il vaut mieux que l’on se demande où vous êtes passé pendant quelques jours plutôt que quelqu’un se rende compte que vous avez eu la gorge tranchée et que vous êtes en position de faiblesse. Si vous avez des ordres à donner, utilisez votre téléphone mais vous ne quitterez pas cette maison tant que je ne serai pas sûre que vous puissiez survivre sans problème. »

Elle s’était levée et rapprochée de son lit pendant sa tirade, plaquant fermement ses mains sur ses épaules pour l’empêcher de se redresser et le forcer à se rallonger si nécessaire. « Cela prendra le tem- boss, vous m’écoutez ? » Elle eut un tic nerveux et s’agaça légèrement en constatant que son chef l’ignorait totalement, avant de se rendre compte que quelque chose n’allait pas. Soudainement inquiète, elle suivit le regard du Roi des Rires jusqu’au pied de son lit pour voir... rien du tout ? « ... Boss ? » appela-t-elle doucement, vérifiant une nouvelle fois la direction de son regard. Que se passait-il ? Il n’y avait personne, elle en était sûre. Lancelot était là et montait la garde, personne n’aurait pu rentrer et elle-même n’avait pas quitté la pièce depuis son retour. Par précaution, l’une de ses mains se glissa dans son dos pour saisir son arme à feu.

Il n’y avait personne. Il ne pouvait pas y avoir quelqu’un. Les yeux fixés sur le clown couronné, elle glissa sa main libre sur son front pour vérifier qu’il n’avait pas de fièvre. Que lui arrivait-il ? Avait-elle loupé quelque chose ? Une infection ? Une blessure ? Si les sutures avaient lâchés, le bandage aurait été tâché de sang, or il était aussi blanc que neige. « Hey, boss ? Vous êtes toujours avec moi ? » demanda-t-elle plus doucement, glissant sa main dans la sienne pour la serrer et le rappeler à elle.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Mer 21 Sep - 22:12



Who am I ? - Part 1


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


- Oh, non, vous restez ici. Je crois que quelque chose a blessé votre oreille interne, parce qu’il me semble bien vous avoir déjà dit par deux fois qu’il était hors de question que vous quittiez cette chambre sans mon accord. Il vaut mieux que l’on se demande où vous êtes passé pendant quelques jours plutôt que quelqu’un se rende compte que vous avez eu la gorge tranchée et que vous êtes en position de faiblesse. Si vous avez des ordres à donner, utilisez votre téléphone mais vous ne quitterez pas cette maison tant que je ne serai pas sûre que vous puissiez survivre sans problème.

Une voix lointaine lui interdisait de bouger et de ne pas partir tuer n'importe qui dans les rues de Gotham. À vrai dire, là, maintenant, tout de suite, Le Joker s'en avait rien à faire. Il était obnubilé par cet étrange homme que seul lui pouvait voir. Il souriait et semblait vouloir lui parler. Mais que lui voulait-il ? Et, il n'arrivait toujours pas à l'identifier. Cela lui donna un sérieux mal de crâne alors que Lexy tentait de faire réagir son boss.

- Cela prendra le tem- boss, vous m’écoutez ?

L'homme brun s'assied au bout du lit et regardait attentivement Le Joker. Il l'observait de part en part. Il était silencieux. Mais le Joker était trop choqué - si si, choqué... - pour s'énerver ou même demander à cet idiot qui il pouvait être.

- ... Boss ?

- Joker, Joker, Joker...

Le Roi des Rires ne riait plus et alors qu'il ne faisait toujours pas attention à Lexy qui tentait d'attirer son attention, le clown se décida enfin à l'ouvrir.

- Qui es-tu, toi ?

L'homme en face de lui rigola. Il se releva et alla s'asseoir sur la chaise à droite du lit tout en regardant le Joker dans les yeux. Et il souriait... Le Joker n'aimait pas ça.

- Qui veux-tu que je sois ? Je suis toi. Enfin, je suis Jack.

Jack ? Oh Le Joker ne sut que trop bien qui il était... Il n'en croyait pas ses yeux, ni ses oreilles. Et alors que Lexy tentait une nouvelle fois d'attirer l'attention du clown, celui-ci se redressa, fixant Jack avec un regard noir. Que lui voulait-il ? Il ne le savait pas encore. Et cela ne présageait rien de bon. Jack était la partie humaine du Joker.

Ailleurs. Il y a très longtemps.

Jack avait neuf ans. Neuf ans. Il avait été lâchement abandonné par ses parents. Une enfance malheureuse qui ne faisait que s'empirer. C'est ce jour de décembre 1980 qu'il apparut. Lui. Le clown. Le masque. Jack avait perdu la foi. Il s'était créé un masque. Et c'est ce masque qu'il revêtait tous les jours à l'orphelinat. Les autres enfants se mirent ainsi à la craindre. Mais ce n'est pas le pire dans tout ça. Au fur et à mesure qu'il jouait, au fur et à mesure qu'il perfectionnait son rôle, il perdit toute sa vraie personnalité. Il perdit toute sa raison. Il se laissa consumer par son chagrin, sa folie, sa colère. Et c'est bien des années avant qu'on le nomme ainsi que Jack devint... le Joker.

Présent. Chambre du Joker.

- Hey, boss ? Vous êtes toujours avec moi ?

- Tu sais qui je suis, n'est-ce pas ? Tu savais que j'allais revenir. C'est inévitable, Joker. Cela va te sembler impossible et pourtant... je suis bien là, dans ta tête. Eh oui ! Même après toutes ses années à me renier, me refouler, me condamner à cet exil mental. Sache que, maintenant que je suis de retour, tu vas en chier, fils de pute !

Le Joker bondit du lit et fonça sur la chaise... vide. Il tomba à terre et sentit une énorme douleur au cou. Il saignait. Les points de suture... Lexy... Lexy... Le noir. Le néant. Le Joker tomba dans les pommes, lâchant un seul mot.

- Lexy...

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Mer 21 Sep - 23:05





Recovering





Cela devenait réellement inquiétant. Alexys tenta de lui serrer un peu plus fort la main, tentant de ramener son attention sur elle, mais c’était peine perdue. « Qui es-tu, toi ? » La jeune femme ne prit même pas la peine de répondre, sachant très bien que ce n’était pas à elle qu’il s’adressait. Il n’y avait personne d’autre dans la pièce, elle ne savait pas ce qu’il se passait mais visiblement, ce n’était pas bon signe. Lexy relâcha sa main et retira quelques oreillers derrière lui, pour le forcer à se rallonger. « Boss... Il n’y a personne d’autre. Boss. C’est juste moi, Alexys. Vous m’entendez ? Boss ! » tenta-t-elle, parlant un peu plus fort. Son regard était perdu sur la chaise qu’elle avait quittée à présent, et elle se redressa un instant, posant une main sur sa joue pour le forcer à tourner la tête vers elle mais là aussi, c’était peine perdue.

Elle était prête à se montrer un peu plus violente quand soudainement, le Joker bondit hors du lit pour saisir quelques fantômes habitant uniquement le fond de son esprit. Sur l’échelle des mauvaises idées, de un à dix, ils étaient à peu près à un très solide neuf. Ne supportant pas le mouvement brutal, la chair fragile céda sous la pression exercée sur les points de sutures et ils lâchèrent tous un à un en un temps record, le laissant à genoux au sol en train de se vider de son sang... une nouvelle fois. « BOSS ! Bordel de- » s’exclama-t-elle, se précipitant près de lui. « Mais qu’est-ce qui vous a pris ?! » cria-t-elle de nouveau tout à fait inutilement, n’attendant pas de réponse de sa part.

Elle le retourna rapidement pour le mettre sur le dos et plonger ses doigts dans la plaie, arrêtant au mieux l’hémorragie avec ses doigts. « Lexy... » entendit-elle, le stress remontant une nouvelle fois dans son corps tout entier. Non, non, pas encore, non. Elle ne pouvait pas le perdre. Elle avait passé la nuit toute entière à tenter de lui sauver la vie, elle refusait de le perdre pour quelque chose d’aussi stupide. « Je suis là, boss, » murmura-t-elle, attrapant un drap de sa main libre pour le rouler en boule et exercer une forte pression sur la plaie. « Ça va aller. Je suis là, je vais m’occuper de vous... »

Levant brusquement la tête, Alexys siffla son chien. « Lancelot ! Le kit de secours, vite ! » Le canidé fila à toute vitesse, et la vétérinaire se félicita d’avoir pris le temps d’apprendre à son compagnon certaines situations d’urgence. Il fallait qu’elle le stabilise le temps de l’amener de nouveau en salle d’opération. Il allait falloir du sang, encore, et refaire les points... Elle pouvait le faire. Ce n’était pas si grave, il allait être pris en charge tout de suite. Il ne perdrait pas autant de sang. Elle allait le sauver. Il fallait qu’elle le sauve.

Lancelot revint vite avec la mallette promise, et Lexy improvisa un nouveau bandage de compression autour de son cou, stoppant juste assez le saignement pour le prendre dans ses bras et l’emporter le plus vite possible là où elle pourrait prendre soin de lui. Elle l’allongea sur la table d’opération, et c’était reparti exactement comme la nuit dernière. Le cœur. La respiration. Le sang. Les points. C’était encore plus difficile, les points ayant lâchés, elle ne pouvait pas les refaire aux mêmes endroits, et la peau serait encore plus fragilisée... Lexy essuya la sueur de son front et se remit au travail.

Respiration. Suture. Sang. Respiration. Respiration, sang. Suture, un point, deux points, trois points. Respiration. Oh, non, non, pas le cœur, pitié non, il devait repartir... Respiration. Sang. Sang. Suture, encore, et encore, encore plus de points. Il lui fallut deux nouvelles heures pour venir à bout de cette nouvelle hémorragie, pour recoudre une nouvelle fois son cou pâle, pour l’arracher aux griffes de la mort pour le garder farouchement dans le monde des vivants. Quand il fut stabilisé, elle était de nouveau couverte de sang. Et il fallut tout recommencer.

Machinalement, Lexy répéta les mêmes gestes, nettoyant tout, vérifiant l’état du clown toutes les cinq minutes. Deux heures et demie plus tard, elle était assise à la même place, tenant la main de son chef mais refusant cette fois de dormir. Elle avait débarrassé la table, ôter tout le sang du sol, des draps et des murs, et avait surtout fermement attaché son patient au lit, l’empêchant de gigoter dans tous les sens après l’avoir lourdement anesthésié. Il resterait inconscient pendant de très nombreuses heures maintenant, une aiguille fichée dans son bras pour lui apporter tout ce dont il avait besoin pour se remettre au plus vite. Elle refusa de le quitter, même pour manger ou boire, gardant un œil sur lui. Dormir était hors de question également, peu importe à quel point elle pouvait être fatiguée, elle se refusait de le laisser seul, par peur de le retrouver une nouvelle fois au sol, baignant dans son sang aux prises de quelques démons de son esprit. Assise près de lui, sa main dans la sienne, elle attendait patiemment son réveil avec sa tablette et sa 3DS, et une trousse de secours à proximité.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Mer 21 Sep - 23:38



Who am I ? - Part 2


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


- Je suis là, boss.

Et Le Joker sombra une nouvelle fois dans l'inconscience alors qu'il se vidait de son sang. Tandis que Lexy tentait une nouvelle fois de le sauver d'une mort certaine, le clown fut de nouveau plonger dans un vaste monde entre la vie et la mort, confronté à lui-même, confronté à sa propre existence.

Nulle part.

- RÉVEILLE-TOI !

Le Joker se réveilla en sursaut. La lumière du Soleil était... aveuglante. Il se leva et remarqua que l'endroit avait changé. Lexy avait disparu. Seul, face à lui, se tenait le fameux Jack qui venait de le déranger durant son petit-déjeuner. Il pensa à une hallucination puis se souvint de la scène et surtout que ses points avaient sauté. Il comprit alors que tout ceci n'était clairement pas réel.

- Qu'est-ce que je fous là ? Qu'est-ce que tu me veux, Jack ?

Très peu habitué à ce que l'on se mette à rire lorsqu'il parle, le Joker sauta au cou de Jack et le mit à taire. Seulement, celui-ci disparut et réapparut derrière le clown. Il ne comprenait pas. Oh et puis après tout, ils sont dans un monde qui n'existe pas. Tout peut se faire ici. Quoique. Tuer Jack ? Le Joker en doutait. Et pourtant, cela aurait pu l'arranger..

- Crois-moi, Joker, tu ne veux pas me tuer. Je suis ta carte de sortie.

Une voix de femme venait de loin. Le Joker la reconnut entre mille. Lexy. Elle devait sûrement le rafistoler... encore une fois.

- Tu l'entends toi aussi ? Bien. Elle essaie de te sauver. C'est une belle femme que tu nous as trouvé là, Joker. Harleen ne te suffi...

- TAIS-TOI !

Une onde de choc émana du corps du Joker et propulsa Jack au loin. Il avait prononcé un nom que le clown n'était plus apte à entendre. Le Dr. Harleen Quinzel n'existe plus. Seul Harley Quinn demeure. Il s'approcha de Jack et se souvient maintenant. C'était lui. Lui avant de devenir ce qu'il est aujourd'hui. Finalement, se dit-il, c'était pas plus mal qu'il devienne le Joker. Il détestait ces cheveux bruns, ce pseudo costume et ne parlons pas du visage. Cela faisait fils à papa. Gosse de riche. Et pourtant Jack était loin d'un gosse de riche, il était issu d'une famille pauvre. Obligés d'abandonner leurs enfants à l'orphelinat, les parents disparurent dans la nature. Jack ne leur pardonna jamais et un dérèglement neurologique le fit péter un plomb. Schizophrénie. Trouble de la personnalité. Folie passagère. Non... Folie meurtrière. Sexuelle. Vengeresse. Incurable. Jack fut effacé. Jeté. Oublié. Et jamais il ne put se développer, grandir, évoluer. Le Joker demeura, la folie grandissante. Il n'avait aucune limite, ne s'en fixait aucune et n'en visait aucune. Un électron libre. Imprévisible imprévu.

- Calme-toi, Joker. Tu risques de mourir. Ce serait dommage. Ou drôle. Alors, tu es prêt ? Bien. Accroche-toi.

Le temps et l'espace ne comptaient plus ici. Un grand voile blanc s'abattit sur les deux hommes. Était-ce Jack ?? Était-ce la Mort ? Était-ce la Vie ? Tout s'effaça et le Joker n'entendit plus qu'un vieux rire mal imité du sien. Il avait l'impression que les ténèbres l'emportaient loin, loin, loin. Mais alors qu'il pensait chuter, il sentit qu'on le poussait vers le haut puis... plus rien. Le néant. Le noir complet.

Présent. Chambre du Joker

La douleur était atroce. Pire qu'au premier réveil. Le Joker fut soulagé. Il était vivant. Il était vivant. Tout va bien. Vivant. Très vite, il s'attendait à se faire engueuler par Lexy pour ce qu'il avait fait. Il ouvrit faiblement les yeux et regarda en direction de la jeune femme.

- L... Le.... Lexy... Je.... Je... suis... Je suis.... désolé...

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Jeu 22 Sep - 5:28





Recovering





Alexys avait fini par poser tablette et console dans un coin, se contentant de se blottir contre son bras. Ses minces doigts s’étaient enroulés autour de son poignet et avaient trouvé rapidement son pouls, cette faible pulsation régulière mais oh combien rassurante... Sa joue appuyée contre son avant-bras, elle observait attentivement sa poitrine se soulever et s’abaisser au rythme de sa respiration. Il était en vie. Il allait vivre. Il n’avait pas le choix. Elle ne le laisserait pas partir, elle ne pouvait pas le laisser partir. Elle refusa obstinément de se demander pourquoi et comment elle en était arrivée là, préférant ne pas se poser de question et d’enfouir tout cela au plus profond de son être parce que...

Parce que c’était le Joker, et que ce n’était pas le genre de question qu’il fallait se poser avec lui. Elle lui embrassa délicatement le dos de sa main, et s’apprêter à reposer sa tête dans le creux de son bras quand soudain, un mouvement attira son attention. Fronçant les sourcils, le stress chassa sa fatigue évidente et elle fut de nouveau en état d’alerte, prête à bondir sur sa trousse de secours. Elle le sentit bouger légèrement, avant qu’il n’ouvre les yeux, regardant vaguement dans sa direction. Elle fut un instant inquiète, ne sachant pas s’il la cherchait elle du regard, ou cet autre fantôme de tout à l’heure. « Boss ? » demanda-t-elle d’une toute petite voix, presqu’effrayée de sa réponse.

« L... Le... Lexy... Je... Je... suis... Je suis... désolé... » Sans qu’elle puisse le contrôler, Lexy sentit des larmes lui monter aux yeux. Toute sa colère, sa frustration, tout son joli discours qu’elle lui avait préparé, tout cela fondit comme neige au Soleil alors que le soulagement retirait presque vingt-quatre heures de tension et de stress de ses épaules. « Boss ! » dit-elle un peu plus fort, se redressant vivement et se jetant... non, pas à son cou. Un bras vint s’enrouler autour de ses épaules pour le serrer contre elle sans tirer sur sa gorge, l’autre formant un berceau autour de la tête de son chef pour venir se plonger dans ses cheveux. « Boss. Boss, boss, boss- Jay, boss, boss... » répéta-t-elle encore et encore, parvenant difficilement à ravaler ses larmes.

Elle pressa ses lèvres contre son front et son visage plusieurs fois, avant reposer légèrement sa tête contre la sienne. « ... Ne me refaites jamais ça ! » dit-elle finalement, d’une voix beaucoup moins forte qu’elle ne l’aurait souhaité. « Un instant, j’ai cru... j’ai cru... » vous perdre « ... que je n’allais pas réussir à vous ramener. » Et puis, comme se rendant brusquement compte de son comportement et de leur position, Lexy se redressa, chassant plus ou moins discrètement les larmes de ses yeux. Elle fronça les sourcils et tenta de se faire plus dure, puisant dans tout ce qu’elle avait pu ressentir durant ces dernières vingt-quatre heures.

« Mais qu’est-ce qu’il vous a pris de sauter comme ça de votre lit ? Pourquoi ? Vous tenez tant que cela à mourir ? Toutes vos sutures ont sauté ! Vous êtes tombé à genoux et vous avez commencé à vous vider de votre sang, encore une fois ! Boss, je peux comprendre que vous arriviez sur le pas de ma porte à moitié mort, mais je vous interdis de mourir ici tout ça parce que vous n’arrivez pas à tenir en place, vous m’entendez ? » Le langage corporel de Lexy n’était pas en accord avec ses mots vifs cependant. Toujours assise sur le lit à ses côtés, elle lui caressait toujours tendrement les cheveux d’une main, comme cherchant à être sûre qu’il ne s’agissait pas d’une illusion.

« Je vous déteste. Vous et toutes vos idées ridicules et suicidaires, » souffla-t-elle, ses mots vides de réelles pensées. Elle était loin de le détester, elle avait juste eut... peur. Ses yeux l’assassinant toujours du regard, elle prit quelques secondes pour se calmer avant d’ajouter une dose de morphine à sa perfusion pour calmer presque instantanément la douleur. « Vous avez dormi toute la journée, la nuit est tombée déjà, » l’informa-t-elle, une lueur rebelle dans le regard, le défiant de lui dire quoique ce soit. « Et j’ai dû vous attacher. » Elle saisit un verre d’eau avec une paille et lui fit signe de boire pour soulager sa gorge. « Je refuse de vous libérer si c’est pour que vous refassiez la même chose. Vous allez rester avec moi, au moins demain et peut-être la journée d’après. Et il est inutile de vous plaindre à ce sujet, je ne changerai pas d’avis et si vous protestez, je vous replonge dans un coma artificiel. »


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Jeu 22 Sep - 6:15



Jack vs. Joker - Part 1


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


- Boss ! Boss. Boss, boss, boss- Jay, boss, boss...

Le Joker avait du mal à parler. Sa gorge lui faisait atrocement mal alors que Lexy apposait sa bouche sur son front, ses joues, son nez puis posa sa tienne contre la sienne. Bizarrement, il adorait ça. Il n'avait qu'une envie là tout de suite : l'embrasser.

Nulle part.

- QUOI ? NON MAIS C'EST PAS VRAI !! CONNARD ! CONNARD ! TU N'AS PAS LE DROIT ! HAAAAAAAAAAAAA !

- Laisse-moi faire, Joker.

Chambre du Joker.

- Un instant, j’ai cru... j’ai cru... que je n’allais pas réussir à vous ramener.

Le clown remarqua les larmes dans ses yeux mais ne put relever, ne pouvant parler. Il serra sa main, bien qu'attacher solidement au lit. Il ne broncha pas lorsqu'elle fronça les traits de son visage, se voulant plus distante et sérieuse.

- Mais qu’est-ce qu’il vous a pris de sauter comme ça de votre lit ? Pourquoi ? Vous tenez tant que cela à mourir ? Toutes vos sutures ont sauté ! Vous êtes tombé à genoux et vous avez commencé à vous vider de votre sang, encore une fois ! Boss, je peux comprendre que vous arriviez sur le pas de ma porte à moitié mort, mais je vous interdis de mourir ici tout ça parce que vous n’arrivez pas à tenir en place, vous m’entendez ?

Sentant une caresse sur sa main, il entrelaça ses doigts aux siens. Il sentit derrière cette pseudo colère, l'inquiétude de la jeune femme pour son boss. Ce-dernier voulait se redresser mais en était incapable. Les liens à ses mains et ses pieds étaient solidement attachés. Sa gorge lui faisait terriblement mal. Son esprit était confus. Où était le vrai ? Où était le faux ? Il se perdait dans ses pensées.

- Je... Je... suis... Je suis... désolé...

- Je vous déteste. Vous et toutes vos idées ridicules et suicidaires.

Et alors qu'il l'écoutait attentivement, il sentit la morphine se diriger dans son corps. La douleur s'atténuait quelque peu alors qu'il n'était qu'à moitié présent dans cette chambre. Il avait dormi toute la journée et la nuit tombait désormais. Il espérait qu'à l'Atout Pique, tout se passait bien. Il faisait confiance en ses reines mais s'il s'absentait trop longtemps, elles risquaient de lancer des sbires à sa recherche. Et le Joker voulait à tout prix éviter ça au risque qu'on le retrouve ici. Au risque que Lexy se fasse prendre sur un quiproquo ou pire que l'on découvre sa vraie fonction. Peur ? Non, le Joker n'avait pas peur. Il n'avait pas p... Il avait peur. Son cœur s'emballa. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait.

Nulle part.

- Oh... Joker, Joker, Joker, Joker. Tu vas découvrir les joies d'avoir un cœur. HAHAHA ? C'est ça ? Je t'imite bien, non ?

Jack avait pris le contrôle. Le Joker ne comprenait pas par quel malédiction ce bâtard était réapparu après toutes ces années à le refouler. Il était vert de rage, explosait, incendiait un endroit qui n'existait pas. Le subconscient se battant en duel avec le conscient. Le feu dévasta l'endroit signe que sa gorge lui faisait mal. Il bondit par surprise sur Jack mais celui-ci disparut et le Joker s'éclata la gueule par terre.

- NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!

Chambre du Joker.

- Je refuse de vous libérer si c’est pour que vous refassiez la même chose. Vous allez rester avec moi, au moins demain et peut-être la journée d’après. Et il est inutile de vous plaindre à ce sujet, je ne changerai pas d’avis et si vous protestez, je vous replonge dans un coma artificiel.

Il serra sa main, leurs doigts entrelacés et lui fit signe de rapprocher son visage. Il commença à murmurer des mots inaudibles puis répéta encore et toujours la même chose, son visage se fronçant de douleur.

- Je... Je... suis... Je suis... désolé...

Il voulut indiquer à Lexy que sa gorge lui faisait extrêmement mal. Il grimaçait, gémissait de douleur. Il essaya de forcer sur ses liens mais ils étaient solidement attachés et elle l'en empêchait. Il se calma, la regardant et la priant de l'aider.

Nulle part.

Seul. Le Joker se retrouvait seul. Le nez pété, il hurlait de rage. Nu, il se sentait humilié par cette partie humaine de lui. Comment est-ce possible ? Il l'ignorait encore. Mais la partie n'était clairement pas finie. Le clown aux cheveux verts se mit alors à rire aux éclats.

- On verra bien, Jacky, si tu es à la hauteur du Joker quand tu devras retourner à l'Atout Pique.

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Jeu 22 Sep - 12:17





Recovering





A sa grande surprise, cette fois, Jay ne protesta pas, se contentant de s’excuser encore et encore. « Shhhht. Tout va bien boss, je suis là. » Elle lui caressa doucement la joue et serra sa main dans la sienne, répondant doucement à son étreinte. Le sentant s’agiter et combattre ses liens, elle tenta de l’apaiser et de le garder immobile. « Restez calme. Tout va bien. Vous avez mal à la gorge... ? Je vais arranger ça, mais restez tranquille. » Elle se redressa, mais ne lâcha pas sa main, se tournant juste assez pour attraper quelque chose dans la trousse de secours. Alexys avait l’habitude de travailler seule, sans aide extérieur, et avec les animaux il était fréquent qu’elle doive faire des piqures à une seule main.

Plongeant l’aiguille dans une petite fiole d’antalgique, elle préleva rapidement une dose suffisante avant de lui injecter directement proche de sa blessure pour un soulagement plus immédiat. « Voilà, boss. La douleur va partir dans quelques secondes, ne bougez pas. » Elle serra une nouvelle fois sa main dans la sienne pour le rassurer, lui caressant doucement le dos de celle-ci avec son pouce. « Vous allez avoir la voix rauque... Je vais vous redresser et vous donner de l’eau, d’accord ? Restez tranquille. » Elle dut lui relâcher la main cette fois-ci, juste le temps de glisser quelques oreillers dans son dos pour le mettre en position assise. Voyant qu’il avait l’air de se tenir plus ou moins tranquille, elle ajouta. « Je vais vous libérer une main... mais ne faites rien que je n’approuverai pas. Sinon, je vous rattache. »

Et dans l’état actuel des choses, il y avait peu de chose qu’il pourrait faire pour l’en empêcher. Elle laissa glisser ses mains de son épaule à son poignet, déliant lentement les différentes attaches au fur et à mesure et frottant doucement les endroits où les liens avaient retenu ses mouvements. « Tenez, buvez ça... lentement. » Elle lui glissa un verre d’eau dans sa main, refermant délicatement ses doigts autour. Il venait de se réveiller après une lourde anesthésie, il était possible qu’il mette un peu de temps à récupérer sa force. Elle resta proche de lui pour l’aider à porter le verre à ses lèvres, le forçant à boire l’intégrité du récipient à petites gorgées. « Ça devrait aller mieux maintenant, mais allez-y doucement. »

Par réflexe, elle glissa sa main dans ses cheveux pour en dompter les mèches rebelles, les ramenant délicatement en arrière contre son crâne, et en profita pour prendre discrètement sa température, vérifiant qu’il n’avait pas de fièvre. « Je sais que vous n’aimez pas ça, mais je vais vous réexaminer. » Et de toute façon, il n’avait pas trop le choix. Elle lui reprit sa tension et écouta son cœur battre, mais à part un rythme plus lent et une tension plus basse certainement dus aux médicaments circulant toujours dans ses veines, il n’y avait rien d’alarmant. « Vous êtes parti loin, cette fois, » dit-elle doucement. « Que s’est-il passé, boss ? Vous me parliez, et soudainement vous vous êtes mis à fixer le vide et à parler à quelqu’un. Vous vous en souvenez ? »

Elle lui reprit sa main, cherchant à garder son attention sur elle pour éviter qu’il ne se remette à divaguer comme plus tôt dans la journée. Au moins cette fois il était attaché et ne risquait pas de refaire sauter ses sutures, mais on ne pouvait jamais être sûr de rien avec le Joker, aussi valait-il mieux se méfier. « Vous savez pourquoi vous êtes ici ? Où vous êtes ? » Il avait prononcé son nom un peu plus tôt, signe qu’il l’avait reconnu, mais cela ne voulait pas dire qu’il possédait encore toute sa mémoire des événements de la journée. La perte de sang, ses multiples arrêts cardiaques et respiratoires, tout cela n’était pas bon pour le cerveau. Mais au moins semblait-il toujours cohérent, et c’était déjà bon signe.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Ven 23 Sep - 8:29



Jack vs. Joker - Part 2


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


- Shhhht. Tout va bien boss, je suis là. Restez calme. Tout va bien. Vous avez mal à la gorge... ? Je vais arranger ça, mais restez tranquille.

Il acquiesça lorsqu'elle lui parla de la gorge. Elle lui administra un antalgique. Il sentit en effet une baisse de la douleur mais cela ne suffisait pas. Il avait encore mal. Il lui tenait la main pour pas qu'elle parte.

- Vous allez avoir la voix rauque... Je vais vous redresser et vous donner de l’eau, d’accord ? Restez tranquille.

Le Joker sentit que Lexy mettait des coussins dans son dos pour le redresser. Il eut mal mais réussit à tenir la position.

- Je vais vous libérer une main... mais ne faites rien que je n’approuverai pas. Sinon, je vous rattache.

Elle fit parcourir sa main le long de son bras pour détacher les liens qui le retenait attacher au lit. Il la regardait, admirait ses yeux. Il lui dévorait le visage. Il se passa discrètement la langue sur la lèvre en ayant des pensées quelques peu osées.

Nulle Part.

- Même pas en rêve, crevard ! C'est Lexy, c'est pas une de ses putes que tu baises le vendredi soir avant de supporter Harley et ses crises de jalousie...

Le Joker était assis sur un fauteuil et était désespéré. Jack avait pris possession de son corps. C'était dangereux. Le Joker était grave dans la merde...

- Ne râle pas ! Tu ne sais même pas encore ce que j'ai prévu pour nous.

- Nous ?

Chambre du Joker.

Elle lui donna un verre d'eau afin de le faire boire. Il lui sourit et but le verre tranquillement.

- Ça devrait aller mieux maintenant, mais allez-y doucement. Je sais que vous n’aimez pas ça, mais je vais vous réexaminer.

Le Joker n'aimait pas mais Jack, lui, n'est évidemment pas contre. Seulement, là, l'autre clown râlait et cela lui donna une forte migraine qui le fit grimacer. Elle lui prit sa tension et fit quelques examens secondaires. Elle lui demanda ce qu'il s'était passé. Pourquoi ce bougre avait décidé soudainement de bondir un fauteuil inoccupé risquant de perdre une nouvelle fois la vie ?

Nulle part.

- Là, je vais m'amuser.

- TA GUEULE !!!!

Chambre du Joker.

- Vous savez pourquoi vous êtes ici ? Où vous êtes ?

Il serra se main, montrant qu'il était bien conscient. Il lui sourit.

- Je... je ne sais pas. J'ai cru voir... un fantôme de mon passé. Sûrement l'hallucination du à la douleur atroce de ma gorge. Je sais où je suis Lexy. Tu vas pas me prendre pour un con. Et je viens ici parce que je me suis tranché la gorge. Je t'ai raconté cette histoire déjà ?

Il fallait être convaincant en Joker. Il se mit donc à esquisser un petit rire. Non, il n'aurait pas pu rigoler aux éclats vu la blessure à la gorge que Lexy venait de recoudre une seconde fois. La connaissant, elle l'aurait engueulé comme il y a pas. Il se redressa un peu plus et lui empoigna le coup pour lui donner un long baiser.

Nulle part.

Le Joker envoya tout valser. Par il ne savait quel moyen, il s'était retrouvé avec une mitraillette entre les mains. Il tira dans tous les sens en hurlant, insultant et éclatant de rire. Il était fou de rage face à ce que Jack faisait. Il allait le payer. Il allait le payer cher.

- QU'EST CE QUE TU VEUX À LA FIN ?

- T'aider...

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Ven 23 Sep - 9:29





Recovering





Elle lui sourit faiblement en retour alors qu’il lui serrait la main, signe qu’il était bien avec elle cette fois. « Je... je ne sais pas. J'ai cru voir... un fantôme de mon passé. Sûrement l'hallucination due à la douleur atroce de ma gorge. Je sais où je suis Lexy. Tu vas pas me prendre pour un con. Et je viens ici parce que je me suis tranché la gorge. Je t'ai raconté cette histoire déjà ? » Lexy eut le temps de cligner plusieurs fois des yeux, le fixant d’un air incrédule. Il s’était... tranché la gorge ? Il n’avait pas oublié de mot dans sa phrase, il en était bien sûr ? Il s’était tranché la gorge. Cet abruti s’était tranché la gorge lui-même.

Elle ne savait pas si elle devait être soulagée ou consternée. Soulagée car cela voulait dire que personne n’avait été assez fou pour s’approcher et réussir à faire cela, consternée devant la stupidité évidente de son chef. « Vous avez quoi ? » Elle baissa rapidement les yeux quand elle le sentit libérer sa main, pour filer droit vers sa gorge. Elle eut le temps d’esquisser un léger mouvement de recul par réflexe, même si elle savait qu’elle ne risquait rien. Il n’avait pas d’arme, par de téléphone et il mourrait sans doute probablement comme un caca attaché sur son lit s’il la tuait maintenant... à supposer qu’elle le laisse faire.

Cependant, Jay avait visiblement d’autres projets en tête car elle se retrouvait attirer rapidement vers l’avant... jusqu’à ce que leurs lèvres se rencontrent.

Que...

Quoi ?!

Un léger son de surprise et de protestation s’éleva de sa gorge, mais cela ne sonna que comme un gémissement contre ses lèvres. Son rythme cardiaque augmenta brusquement alors que son cerveau analysait avec attention le goût de ses lèvres, et avant qu’elle ne puisse en prendre la décision, elle répondait déjà à son baiser après plusieurs secondes de flottement. Pendant un bref instant, son esprit se vida pour ne se remplir que d’images, de sons, d’odeurs et de goûts qui lui étaient propres. La texture de sa chemise là où sa main s’était posée pour regagner son équilibre, sur son torse, son pouce reposant sur l’ouverture, lui laissant tout loisir de tester la douceur de sa peau.

Son odeur également, alors qu’elle se tenait si proche de lui. Ses lèvres avaient un goût légèrement métallisé, sans doute venant de son sourire d’acier et elle se surprit à aimer cela, en redemandant toujours plus. Elle pouvait enten- non, stop, cela suffisait. Elle ne pouvait pas faire ça, peu importe à quel point cela était étonnement agréable, pour de nombreuses raisons. Il était sous morphine, et avait probablement mal, il n’était pas lui-même et même s’il était celui qui avait initié le contact, il n’était pas... professionnel de le laisser faire.

Et puis, parlons-en du professionnalisme ! Elle ne pouvait pas faire ça. Leur relation fonctionnait si bien parce qu’elle avait réussi à instaurer une relation de confiance et de respect entre eux. Elle n’était pas l’une de ses sbires, de ses valets ou de ses reines, elle ne roulerait pas sur le dos en écartant les cuisses comme une chienne en chaleur au moindre claquement de doigts. Il y avait beaucoup plus dans leur relation et elle ne tenait pas à le perdre en perdant la confiance et le respect qu’il pouvait avoir pour elle.

Elle fit ralentir le baiser progressivement, pressant légèrement sur son torse pour permettre de reculer juste assez pour séparer leurs lèvres. Ses yeux se rouvrirent, laissant apparaitre ses yeux bleue glace et légèrement voilé, alors qu’elle reposait son front contre le sien. Elle avait légèrement le souffle court et elle prit quelques secondes pour s’assurer de la stabilité de sa voix, avant de demander. « ... C’était pour quoi, ça ? » Elle fronça les sourcils et se força à apparaître ferme, lui faisant bien comprendre que si son explication ne lui convenait pas, il risquait fortement de se faire frapper au mieux, ou endormi pendant deux semaines au pire.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Ven 23 Sep - 21:56



Jack vs. Joker - Part 3


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


- ... C’était pour quoi, ça ?

Le Joker sembla perdu une nouvelle fois puis revint à lui, la fixant dans les yeux sans savoir quoi lui balancer comme excuse. Il venait de l'embrasser. Il n'a jamais fait ça. Il a roulé des pelles, fait des galoches, roulé des patins, emballé mais pas... embrassé, donné un baiser, fait un bisou. .

- Va te faire foutre, Lexy. Des antalgiques me font perdre la tête. Je n'ai qu'une hâte : dégager d'ici et que tu me lâches.

Il tourna son regard vers la fenêtre où était tranquillement en train de fumer, Jack dans son costume blanc et soyeux. Il se tourna et lui sourit en levant le verre qu'il avait dans l'autre main. Murmurant des insultes inaudibles, Le Joker tenta de ne pas s'énerver, sa gorge lui faisant atrocement mal.

- T'imagine quand même pas que j'embrasse la première venue. Tu me connais. J'étais sous l'effet de la douleur et de ton produit là. Jamais je t'aurai embrassé sinon.

Elle était jolie, là n'était pas la question. C'était Lexy quoi. Elle ne ressentait pas la douleur. Elle ne devait sûrement pas ressentir les choses non plus. De son côté, le Joker ne comprenait toujours pas pourquoi Jack faisait ça. Ah... il faisait le pitre, fier de sa connerie qui mettait dans l'embarras. Le Joker appréciait Lexy. C'était son meilleur soldat. Son As de Trèfle. Son Atout. Elle était essentielle dans son plan pour faire tomber les autres clans. Il ne faudrait pas que ce cher Jack ne vienne compromettre ses plans en manipulant Lexy.

Nulle Part.

- Puisque je te vois quand je suis éveillé, pourquoi me parler ici ?

Le Joker était toujours assis sur son fauteuil et Jack se tenait debout, devant lui, tout sourire.

- Edjay ! Voyons, il ne faudrait pas que Lexy chérie pense que tu deviennes fou. HAHAHA.

- Edj... Comment oses-tu ?

Jack se précipita sur le Joker et l'étrangla d'une main avant de la relâcher. Il éclata de rire avant d'ajouter qu'il allait tout faire en oeuvre pour lui ouvrir les yeux. Ce fut au tour du Joker de rire aux éclats, ne croyant pas ce fou qui délirait.

Chambre du Joker.

Il fixait, les sourcils froncés, la fenêtre. Jack avait disparu. Il était tranquille. Pour l'instant... À ses côtés, se tenait Lexy. Elle devait se demander ce qu'il se passait dans la tête du clown pour péter un câble sur un fauteuil vide, l'embrasser à son réveil puis redevenir l’exécrable boss qu'il était. Il n'eut pas eu l'occasion d'entendre ce qu'elle allait lui répondre alors qu'une sonnerie retentit. Le téléphone du Joker. Il reconnut tout de suite la sonnerie. C'était Harley. Qu'est-ce qu'elle lui voulait encore ? Bon, faut décrocher et l'envoyer balader.

- C'est possible que je puisse répondre..?

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Ven 23 Sep - 23:00





Recovering





Lexy observa attentivement le visage de son chef. Quelque chose n’allait pas. Elle était douée pour lire le langage corporel, c’était même grâce à cela qu’elle avait survécu si longtemps. Elle était passée maitre dans l’art d’absorber les habitudes, les coutumes des gens qui l’entouraient pour se fondre dans la masse, et plus encore, elle était capable de copier et d’absorber totalement l’identité d’une personne pour prendre sa place. Mais cette fois-ci elle était confuse. « Va te faire foutre, Lexy. » Oh, tout allait bien, il était revenu à lui, peu importe ce qu’il venait de se passer. Alexys arqua un sourcil, nullement impressionnée par son champ lexical et se contenta de reculer légèrement la tête pour la pencher sur le côté.

Elle sentait que quelque chose n’allait pas. Son boss était perdu, aussi perdu qu’elle, ne sachant pas ce qu’il venait de se passer. « Des antalgiques me font perdre la tête. Je n'ai qu'une hâte : dégager d'ici et que tu me lâches. » Bien tenté, boss, mais l’anesthésie ne marchait pas comme cela. Si les médicaments avaient été effectivement responsables alors il n’aurait pu reprendre le contrôle de lui-même... bien après, une fois toute la drogue évacuée de son système. Lexy était perdue. Elle comprenait bien que cela n’était qu’une excuse, mais une excuse pour quoi ? Lui-même n’avait pas l’air de le savoir, et cela l’inquiétait autant que l’intriguait.

Le Joker n’était pas un homme incertain. Imprévisible, chaotique même, mais pas incertain. Il savait ce qu’il voulait et quand ce n’était pas le cas, il se contentait d’agir à sa guise. Mais ce n’était pas le cas ici. « T'imagine quand même pas que j'embrasse la première venue. Tu me connais. J'étais sous l'effet de la douleur et de ton produit là. Jamais je t'aurais embrassé sinon. » Etrange, embrasser la première venue sous le coup d’une impulsion était probablement quelque chose qu’il ferait. Le problème était donc l’inverse : elle n’était pas la première venue et il l’avait embrassé quand même. Lexy était de plus en plus perdue.

Elle chassa cependant cela de son esprit, se refusant à réfléchir dessus. Si ce n’était pas clair dans la tête de son boss, il était inutile d’aller chercher plus loin en plongeant dans son psyché. Elle n’était pas sûre d’être capable d’en ressortir indemne, peu importe sa capacité à compartimenter. Elle esquissa un sourire quelque peu narquois et s’apprêtait à répondre, quand la sonnerie bien connue de son chef brisa le silence de la pièce. Elle cilla légèrement, se redressant totalement pour chercher l’appareil des yeux, sa main quittant la poitrine chaude du Joker.

« C'est possible que je puisse répondre... ? » Elle eut envie de lui répondre non, juste pour l’agacer mais elle se ravisa. Elle se pencha juste assez pour récupérer le smartphone, mais le maintint hors de sa portée le temps de brancher un petit appareil dessus, qui commença à émettre une lueur verte. « Pour éviter de tracer l’appel, » expliqua-t-elle, avant de rapprocher légèrement le téléphone de sa main. « ... et ne vous agitez pas ! » ajouta-t-elle sérieusement. Elle remit l’engin dans sa main tendue avant de se lever, lui laissant de l’espace.

Elle ne comprenait pas vraiment ce qui était en train de se produire, mais elle n’était pas sûre que cela lui plaise. S’éloignant de son chef, elle récupéra sa tablette et sa console portable avant de se frotter les yeux, la fatigue évidente sur son visage. Il n’était pas rare qu’elle doive enchaîner les nuits blanches mais être dans un état de stress permanent était bien plus fatigant. Elle mit un peu d’ordre dans la chambre avant de laisser un peu d’intimité à son boss, allant rejoindre Lancelot qui montait la garde. Une fois certaine qu’il ne pouvait plus la voir, elle effleura ses lèvres d’un geste songeur, presque rêveur, et dut cependant bien s’avouer une chose.

Jay embrassait comme un dieu.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Dim 25 Sep - 17:36



Jack vs. Joker - Part 4


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


Lexy accrocha un appareil au téléphone et lui tendit.

- Pour éviter de tracer l’appel... et ne vous agitez pas !

La jeune femme le laissa répondre au téléphone. Le Joker fit une grimace lorsque sur son écran apparaissait le visage d'Harley Quinn. Que lui voulait-elle ? Il détestait être dérangé. Qu'il soit en mission, en train de baiser Clary ou bien ailleurs. Et la plupart du temps « ailleurs » signifiait chez Lexy. Il décrocha et joua à merveille son rôle.

- Puddin' ? Que me vaut le déplaisir de ton appel ?

L'Atout Pique était sans son propriétaire. Le BlackJack était sans son chef. Seraient-ils tous perdus sans lui ? Pour Harley, c'était une certitude. Elle avait succombé au charme du psychopathe en même pas deux séances de thérapie. Elle était accro au Joker. Elle ne pouvait pas ne pas penser à lui une seule seconde. Elle ne vivait que pas lui. Contrairement à lui, elle était amoureuse. Elle ne le voulait que pour lui. Une tension s'était créée entre Harley et Eighty, bien que cette dernière ne soit que la sœur du Roi. L'arrivée de Riley, un peu plus tard, en rajoutait une couche. Heureusement qu'elle ne connaît pas Lexy. Surtout vu ce qu'il s'était passé plus tôt... Le Joker n'aurait pas su quoi répondre pour entuber une nouvelle fois la petite Harley. Quoiqu'il en soit, elle voulait son retour. Il lui manquait. Le Joker ne supportait pas ça. Elle se comportait comme une petite fangirl. Il détestait ça.

- Je t'ai déjà dit mille fois e pas me faire chier. Je suis en ville. Je dois aller à Arkham. Va t'amuser avec Ivy si tu t'emmerdes vu que tu ne peux pas supporter Eighty... Que veux-tu que ça me foute ?

Sans ménagement, il lui raccrocha au nez en souriant. Il savait qu'elle le bouderait jusqu'à son retour et qu'elle tomberait dans ses bras. Comme d'habitude.

Nulle Part.

- T'es content, j'espère !

Debout face à Jack, en costume blanc, le Joker faisait sale mine. Il n'avait pas apprécié avoir été privé du pouvoir de son propre corps. Cela l'avait extrêmement retourné et comptait bien dominé ce pseudo-lui.

- Je suis très content ! Il est temps que tu comprennes certaines choses.

Jack mit une droite au Joker et disparut.

- À mon tour.

Chambre du Joker.

Seul dans la chambre, le Joker ne pouvait bouger. Il n'avait qu'un bras de libre. Il semblait plus apaiser qu'il y a deux secondes, au téléphone. Son visage semblait s'éclaircir. Jack reprenait le dessus. La personnalité du Joker restait enfui dans ce tas de chair blanchâtre.

- LEXY ?

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Dim 25 Sep - 19:23





Recovering





Lexy s’efforça de ne pas prêter attention à la voix agitée de son boss dans l’autre pièce. S’il y avait des informations qu’elle devrait connaître alors il les partagerait avec elle, inutile d’écouter ses conversations... surtout quand elles étaient avec Harley. Elle était peut-être son espion mais elle ne participait pas plus activement à la vie à l’intérieur du Blackjack. S’il lui arrivait de lui demander son avis ou de former des plans avec elle grâce aux informations qu’elle possédait, ce n’était pas sa mission principale, loin de là. Elle grogna cependant en entendant les éclats de voix. Il n’avait pas intérêt à faire sauter le moindre point de suture, ou elle lui arracherait les autres à mains nues.

Elle s’apprêtait à passer sa main dans ses cheveux pour les remettre en place quand elle remarqua quelque chose de... collant ? sur ses doigts. Elle eut une micro seconde de panique en remarquant la couleur rougeâtre, avant de se calmer aussi tôt. Ce n’était pas du sang. Pas la bonne texture, pas la bonne couleur, pas la bonne odeur. Elle le frotta doucement avec son pouce, la substance s’étalant et disparaissant rapidement et ce fut le déclic. Son rouge à lèvre. Elle avait son rouge à lèvre de son boss sur ses lèvres suite à leur baiser échangé.

La demoiselle profita du petit break pour s’éclipser quelques secondes devant un miroir, sortant un mouchoir de sa poche pour ôter le reste du maquillage. Elle avait l’air fine comme ça, tiens ! Heureusement qu’il ne lui en restait pas beaucoup. Elle grogna quand cela lui fit remonter le souvenir de la sensation de ses douces lèvres contre les siennes dans sa mémoire. Non. Pas maintenant. Elle se concentra sur les éclats de voix qu’elle avait entendus plus tôt. Ce n’était pas une bonne idée. Elle n’était pas Harley, ni Eight, ni aucune de ses autres conquêtes. Leur relation ne pourrait plus fonctionner s’il se mettait à la traiter comme l’une d’entre elles. Respect. Confiance. Elle perdrait les deux si elle le laissait faire, si elle ne le faisait pas... reculer. Sortir les crocs pour réinstaurer cette distance entre eux.

« Bordel Ryan, c’est pas le moment, » gronda-t-elle sourdement pour elle-même, se lançant un regard assassin. « Ne fais pas tout foirer pour des conneries ! » Mais qui l’aurait cru capable d’une telle douceur ? D’un baiser si tendre ? Il n’avait même pas cherché à lui faire mal, ou alors elle ne l’avait pas senti. La poigne sur sa gorge était restée maitrisée, la gardant simplement proche sans la forcer ou l’étouffer. Elle n’en gardait aucune trace. Elle n’avait pas eu beaucoup l’occasion de voir son boss dans son état naturel, au milieu de Blackjack entouré de ses Reines, mais ce n’était pas ainsi qu’il traitait Harley, ou même sa sœur.

Était-il différent une fois les portes closes ? Était-il juste un excellent acteur devant son public ? Non. Non, elle se souvenait de la sécheresse de sa voix au téléphone, de l’éclat fou et presque meurtrier à la sonnerie de son portable. Alors quoi ? Elle n’était pas spéciale. Ou était-ce juste parce qu’elle était son As de Trèfle ? Elle ne s’autorisa pas à ressentir l’émotion qui grimpa soudainement comme une vague dans son cœur. Non. Des barrières, des murs, de la distance, des fortifications. Elle instaurerait de nouveau ce respect entre eux, à la force de ses bras et de ses crocs s’il le fallait. Leur équilibre était trop fragile pour que l’on puisse risquer de le briser.

« LEXY ? » Surprise, Alex leva la tête, stoppant brutalement le fil de ses pensées. A mi-chemin entre elle et la porte, Lancelot lança un jappement inquiet, les oreilles dressés sur son crâne, l’observant. Elle secoua la tête et après un dernier regard sur son visage fatigué, elle s’endurcit et retourna calmement près de son chef. « Je suis là, boss. » Sa démarche eut une légère hésitation alors que son regard tomba sur lui. Il paraissait plus... calme ? Serein presque. Le retour des antalgiques ? Un énième changement d’humeur ? Harley avait-elle fini par trouver les mots pour l’apaiser ? Elle en doutait, mais tout était possible avec le Joker.

« Une bonne nouvelle, boss ? » demanda-t-elle prudemment, s’avançant dans la pièce sans trop s’approcher de son lit. Son regard scanna instinctivement son corps et la pièce. Rien n’avait bougé, même lui avait l’air d’être resté sage. Il n’avait même pas cherché à se détacher de lui-même, maintenant qu’il avait une main libre. Le bandage autour de sa gorge était propre. La couverture n’était même pas froissée. Tout était à sa place. C’en était presque louche. Penchant légèrement la tête sur le côté, elle l’observa, légèrement confuse. « ... Comment va votre gorge ? La douleur est-elle partie ? » Elle se força à ne pas s’approcher, restant fermement là où elle se trouvait. Il n’y avait aucune raison pour qu’elle se rapproche, et il avait été très clair sur le sujet, il ne voulait pas d’elle près de lui. « ... Vous avez besoin de quelque chose ? »


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Lun 26 Sep - 13:10



Jack vs. Joker - Part 5


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


Il n'eut pas besoin de l'appeler plusieurs fois, elle arriva de suite. Il lui sourit puis lui tendit la main.

- Une bonne nouvelle, boss ?

Une bonne nouvelle ? Non puisqu'elle ne s'approchait pas de lui. Jack avait bien compris que l'intervention du Joker n'avait pas du aider. Pourquoi ne comprenait-il pas ? Il ramena sa main libre le long de son corps et regarda en direction de la fenêtre, pensif, combattant mentalement l'esprit fou et violent du clown..

- C'était Harley. Elle me demandait où j'étais. Elle doit se languir de moi, pour changer...

Il se retourna alors vers Lexy en grimaçant. Elle ne tint pas compte de ce qu'il venait de dire et lui demanda comment allait sa gorge. Elle lui faisait mal pardi. Atrocement mal. Mais c'était le temps que ça guérisse. Mais oui, elle lui faisait encore mal, pas autant que ce mal de crâne horrible.

- J'ai encore mal mais ça va aller, ça va passer. J'ai un peu mal à la tête mais maintenant que tu es là, ça va.

- Vous avez besoin de quelque chose ?

Besoin d'elle à ses côtés. Jack la voulait. Elle était ce qu'il cherchait depuis des décennies. Harley. Riley. Clarissa. Eight. Toutes les femmes qu'il a pu croiser n'a jamais réussi à lui faire cet effet là. Que pouvait-il bien trouver à Lexy ? Il n'en savait rien et s'en foutait, il le ressentait. Le Joker l'avait refoulé mais Jack était là pour lui montrer la voie.

Nulle Part.

- PUTAIN !!!!

Le Joker s'énervait. Seul. Perdu. Abandonné. Il criait de toute ses forces. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait en lui mais ne comprenait pas non plus pourquoi Jack fait tout ceci. Le Joker est une icône et il est en train de le compromettre. Il risque de tout faire foirer. Il risque aussi de la tuer. Le Joker le trouve arrogant, sur de lui. Il a l'impression de se voir mais la folie et le masque en moins. C'était à en devenir dingue !

- T'énerves pas, Joker. Tu risques une nouvelle fois de te faire mal !

Jack jubilait. Il avait pris le total contrôle du corps du Joker sans que ce-dernier puisse le reprendre. Il s'assied en face de son double fou et posa ses mots calmement.

- Je ne vais rien compromettre. Je ne vais pas te détruire. Je suis toi et tu es moi ! Nous sommes une seule et même personne, sombre idiot. Tu sais très bien ce qu'il se passe au fond de toi. Accepte-le. Vas-y. Accepte-le ! Tu n'as rien à perdre, tu as tout à gagner.

Jack disparut une nouvelle fois et le Joker se calma, seul, une nouvelle fois abandonné par ce mystérieux Jack. Puis, soudainement, il se retrouva dans le noir complet. Les ténèbres l'emportèrent.

Chambre du Joker.

Après un faible moment d'absence, le Joker revint à lui. La pauvre Lexy était encore distante et attendait de savoir si son boss avait besoin de quelque chose. Il clignait fortement des yeux et regardait autour de lui. Il était bien là. Attaché aux jambes et au bras gauche mais bien là, il était vivant. Il fut surpris par une voix à laquelle il ne s'attendait pas.

- Tu me croyais parti ? Non, non. Je vais t'aider, jusqu'au bout ! Laisse-toi aller Joker !

Le Joker se redressa sur ses oreillers et regarda Lexy dans les yeux en lui tendant la main une nouvelle fois pour qu'elle la prenne et vienne le rejoindre.

- Lexy... Excu... Excuse-moi pour tout à l'heure... La douleur m'a fait péter un plomb. J'ai dit des choses que je ne pensais pas.

De l'autre côté de la pièce, se trouvait Jack, toujours en costume blanc, assis sur un fauteuil en dehors du champ de vision du clown. Il les regardait et souriait. Il se leva et fixa le Joker.

- Pourquoi cet air si sérieux ? HAHAHA

Et, il disparut.

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Lun 26 Sep - 15:08





Recovering





Alexys fixa un instant sa main tendue, hésitant à la saisir. Par réflexe, elle amorça le mouvement mais se retient, glaçant son esprit. Son calme était trop louche, et si elle savait très bien que sa vie lui appartenait, elle préférait éviter de la perdre pour des choses aussi basiques. Il dut recevoir le message, car rapidement, sa main se rabaissa. « C'était Harley. Elle me demandait où j'étais. Elle doit se languir de moi, pour changer... » Lexy se contenta de hocher vaguement la tête, n’insistant pas. Ce n’était pas ses affaires, c’était une histoire entre son Roi et sa Reine. « J'ai encore mal mais ça va aller, ça va passer. J'ai un peu mal à la tête mais maintenant que tu es là, ça va. » Elle s’apprêta à ouvrir une nouvelle fois la bouche, à saisir de nouveaux antalgiques mais son sang se gela dans ses veines.

Maintenant que tu es là, ça va. Ces mots résonnèrent dans sa tête et il lui sembla un instant que son cœur venait de s’arrêter de battre. Avait-elle correctement entendu ? Oui, aucun doute. Elle était perdue. Elle ne comprenait plus rien. Qu’est-ce qu’il lui prenait ? « Boss, je... » souffla-t-elle, avant de se taire, n’ayant rien à dire. Son esprit retraça rapidement les derniers événements, certaine qu’elle avait oublié quelque chose. Il l’avait embrassé. Tendrement, un vrai bai- non, ce n’était pas le moment de songer à cela. Puis, il l’avait envoyé se faire foutre, en blâmant les antalgiques. Puis il avait reçu un coup de fil d’Harley, qui ne lui avait pas forcément plu à en croire par le ton de sa voix.

Puis il l’avait rappelé, visiblement plus calme, et maintenant ça ? Elle secoua légèrement la tête, revenant à elle. Elle ne comprenait plus rien. Son esprit devenait chaotique, sa raison filant entre ses doigts, réveillant les personnalités qui sommeillaient en elle. Elle l’observa se redresser et se prépara à intervenir si jamais il venait à trop s’agiter, mais il se contenta de croiser son regard et de ne plus le lâcher. Il leva une nouvelle fois la main et elle fut tentée de la saisir cette fois encore. « Lexy... Excu... Excuse-moi pour tout à l'heure... La douleur m'a fait péter un plomb. J'ai dit des choses que je ne pensais pas. » Que... quoi ? Était-il en train... de s’excuser ? Il fallait bien le croire. Était-ce un piège, une ruse ? Mais pour quelle raison ?

Son regard se fit méfiant l’espace d’un instant, avant de prendre une décision et de lever à son tour sa main, pour venir la glisser dans la sienne. Sa peau trop pâle était moins chaude que la sienne, un autre effet secondaire des multiples hémorragies et un long frisson remonta le long de son bras alors qu’elle refermait ses doigts sur les siens. « Je ne sais pas ce que vous attendez de moi, » avoua-t-elle calmement, sa voix bien plus douce que ce qu’elle aura souhaité. Elle se laissa attirer, retournant à ses côtés, tout proche de lui et s’appuyant légèrement sur le rebord de son lit. « Vous êtes venu ici pour que je vous soigne, ce que j’ai fait. » Sa main libre se rapprocha lentement de son visage, remettant quelques mèches rebelles en place.

« Je... comprends que vous ayez mal. Je comprends que la situation ne vous plaise pas. Je comprends que vous n’ayez pas envie de rester, que vous n’ayez qu’une hâte, partir d’ici et retourner au Blackjack en compagnie de vos Reines. » Il fallait rétablir les limites, les frontières. Tout ce que ce baiser échangé avait pu effacer. Reformer les bases, une nouvelle fois. « Mais vous ne pouvez pas m’embrasser et m’envoyer me faire foutre dans le même souffle, boss. Vous n’avez pas besoin de vous excuser mais je suis... perdue. Que voulez-vous que je fasse ? Qu’attendez-vous de moi ? Je vous ai sauvé, mais je ne peux pas aller plus vite. Vous avez besoin de temps pour guérir, de temps et de repos. Je peux prendre soin de vous mais je ne peux pas... effacer ce qu’il s’est passé. Je ne suis pas une méta-humaine... » Sa voix était restée douce, tendre presque, alors que sa main libre avait glissé sur sa joue pour caresser sa pommette de son pouce, les yeux fixés dans les siens.


Dernière édition par Alexys Lewis le Mer 5 Oct - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Joker
BLACKJACK
BLACKJACK
avatar

Age : 24

MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   Lun 26 Sep - 19:22



Can't Fight This Feeling - Part 1


- I BELIEVE WHATEVER DOESN'T KILL YOU, SIMPLY MAKES YOU... STRANGER. -


Elle lui prit enfin la main et se rapprocha de lui. Luttant encore intérieurement, il comprit qu'il luttait contre lui-même. Il comprit que Jack n'était qu'une projection de ce qu'il aurait pu devenir. Il la rapprocha vers lui alors qu'elle lui glissa une main dans les cheveux.

- Je ne sais pas ce que vous attendez de moi. Vous êtes venu ici pour que je vous soigne, ce que j’ai fait.

Elle n'a pas tort. Le Joker ne venait la voir que pour être soigné ou bien pour qu'elle lui fasse des rapports de mission, d'espionnage et tout le travail qu'elle a en étant As de Trèfle. Et pourtant, alors qu'il voulait à tout prix s'en aller, il avait soudainement l'envie de rester, rester près d'elle. Non. Non. N'importe quoi. Qu'est-ce que ça veut dire ? Pourquoi tout ceci ?

- Pourquoi le refouler encore... Libère-le !

- Je... comprends que vous ayez mal. Je comprends que la situation ne vous plaise pas. Je comprends que vous n’ayez pas envie de rester, que vous n’ayez qu’une hâte, partir d’ici et retourner au Blackjack en compagnie de vos Reines.

Ses Reines, il s'en fichait. Elles n'étaient que des jouets sans importance. Harley n'était qu'une psychiatre qui avait le syndrome de Stockholm tandis que Riley était le jouet d'Arkham refilé au Joker en pâture mais qui réussit à prendre le dessus. Enfin, ça, c'est ce que le Joker lui fait croire. La pratique ne confirme pas la théorie. Très rarement d'ailleurs. Le Joker voulut lui répondre mais elle ne lui en donna pas l'occasion.

- Mais vous ne pouvez pas m’embrasser et m’envoyer me faire foutre dans le même souffle, boss. Vous n’avez pas besoin de vous excuser mais je suis... perdue. Que voulez-vous que je fasse ? Qu’attendez-vous de moi ? Je vous ai sauvé, mais je ne peux pas aller plus vite. Vous avez besoin de temps pour guérir, de temps et de repos. Je peux prendre soin de vous mais je ne peux pas... effacer ce qu’il s’est passé. Je ne suis pas une méta-humaine...

Perdu, il l'était aussi. Jack avait mis un sacré bazar... Cela ne ressemblait pas au Joker d'embrasser amoureusement quelqu'un. Cela ne ressemblait pas au Joker d'être lunatique. C'était un connard mais un connard constant. Il y avait donc de quoi être perdu. Effacer ce qu'il s'était passé. Mais il ne fallait pas. Le Joker ne le voulait pas. Bizarrement, il fut pris d'un pulsion et l'empoigna de nouveau pour l'embrasser tout en l'enlaçant avec son seul bras libre. Pleins d'images lui traversèrent l'esprit. Des images lumineuses. Des images heureuses. Des images bienveillantes. Des images d'un temps qui n'existe pas.

Nulle Part.

- Car derrière chaque sourire se cache une souffrance. Car derrière chaque mur de pierre se cache un coeur. Joker, pour la première fois de ta vie, tu peux aimer. Tu veux aimer. Tu aimes.

Chambre du Joker.

Après un long baiser passionné, Le Joker se recula et plongea de nouveau son regard dans le sien.

- Franchement, entre nous, je suis le premier étonné de ce qui se passe. J'ai mal à l'intérieur de moi. Je ne comprends pas ce qui me prend. Mais j'en ai envie. Réellement. Comment te l'expliquer ? Je ne sais pas...

Code by Sleepy

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recovering - ft. Alexys Lewis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recovering - ft. Alexys Lewis
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BEING BAD :: RPs-
Sauter vers: